Cet article a été publié le: 28/09/22 19:51 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Les populations du Denguélé appelées à adhérer aux mécanismes de protection sociale mis en place par le gouvernement

Odienné, 28 sept 2022 (AIP)- Les populations d’Odienné, dans un contexte de méconnaissance des avantages avec pour conséquence un intérêt pas encore très perceptible, ont été invitées à adhérer aux mécanismes de protection sociale mis en place par le gouvernement, notamment la Couverture maladie universelle (CMU) et le Régime pour les travailleurs indépendants que déploie la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS).

La direction régionale de la Protection sociale du Kabadougou, en liaison avec les organismes de gestion, a initié, mercredi 28 septembre 2022, une rencontre afin de communiquer sur les changements qu’apportent les deux mécanismes en termes d’équité et de justice sociale et pour dire l’intérêt pour les populations,  celle du Denguélé y compris, « d’aider le gouvernement à les aider », en favorisant la pleine opérationnalisation, à travers l’adhésion.

Concernant la CMU, le superviseur du Kabadougou et du Folon, les deux régions formant le district du Denguélé, Luc Olivier Kouakou, a dénoncé le fait pour une large portion de la population locale de réduire l’adhésion à une simple formalité pour bénéficier d’appuis du gouvernement, en lien avec la crise sanitaire de la Covid-19.

« Quand je suis arrivé, j’ai trouvé plus de 14 000 cartes dans mon bureau. Il m’a été dit qu’elles appartiennent à ceux qui sont venus pour les 200 000 F. Le président n’a pas fait ça pour aller prendre 200 000 F. Non, il y a plus que ça. Il y a la santé à prémunir », a-t-il fait comprendre, avant de souligner l’avantage pour l’ensemble des couches sociales de bénéficier désormais d’une couverture contre le risque maladie. Un privilège réservé il y peu à quelque 5% seulement de la population.

M. Kouakou a souligné le caractère obligatoire de la CMU et son accessibilité à tous ceux qui vivent en Côte d’Ivoire y compris les non nationaux ainsi que le coût modique de la cotisation mensuelle, 1000 F CFA, au regard des avantages que procure l’adhésion.

« Ce n’est pas une dépense inutile, il est question de prévoir, de se faciliter la vie. La maladie ne prévient pas. C’est pour mettre à égalité toutes les populations contre le risque », a-t-il exprimé en outre.

Les responsables locales de la CNPS, dans la même lancée, ont présenté notamment les prestations contenues dans le régime social pour travailleur indépendant (RSI), soulignant le fait que le produit vient ouvrir le système national de sécurité sociale à quelque 6 millions de travailleurs contre seulement un peu plus d’un million aujourd’hui (800 000 travailleurs du privé et 250 000 fonctionnaires).

Un public nombreux a pris part à la session d’information et de sensibilisation, dans les locaux du conseil régional. Des équipes de la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM), organisme de gestion de la CMU, et de la CNPS, installés dans la cour ont pu procéder à un grand nombre d’enrôlements.

(AIP)

kg/fmo