Cet article a été publié le: 1/05/21 19:49 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Les travailleurs de Toumbokro au cœur de la fête du 1er mai à Yamoussoukro

Yamoussoukro, 1er mai 2021 (AIP) – La section régionale du Bélier de l’Union générale des travailleurs de Côte d’Ivoire (UGTCI), épinglant la situation des travailleurs de Toumbokro, appelé le gouvernement à y trouver une solution définitive lors de la célébration de la fête du travail le samedi 1er mai 2021 à Yamoussoukro.

« La situation devient très préoccupante car il y a eu plus de 50 décès parmi les travailleurs de cette plantation. C’est pourquoi, nous attirons l’attention du gouvernement pour que quelque chose soit fait maintenant pour les survivants », a fait savoir le porte-parole de l’UGTCI, Bamba Nicaise.

Plusieurs hectares de plantations de café et cacao créees par l’ancien président de la République, Houphouët-Boigny et rétrocédées à l’Etat sont aujourd’hui à l’abandon et les travailleurs livrés à eux-mêmes, rappelle-t-on.

Bamba Nicaise a expliqué que les travailleurs de la plantation d’Etat vivent encore sur les sites aménagés à l’époque pour eux « dans l’indifférence totale » et que « les promesses de prises en main du projet par le district autonome de Yamoussoukro sont restées lettres mortes ».

Le préfet de Yamoussoukro, Brou Kouamé, qui s’est dit bien au fait de la question, a rassuré les travailleurs que des solutions durables ont déjà été pensées et n’attendent que des instructions pour être appliquées.

Outre l’UGTCI, d’autres centrales notamment Dignité et Humanisme ont mis le doigt sur les préoccupations d’ordre social des travailleurs vivant à Yamoussoukro notamment la cherté de la vie, les coupures intempestives d’eau et d’électricité et l’insécurité grandissante.

Une compilation de toutes les revendications a été remise au préfet Brou Kouamé, à charge pour lui de les acheminer au gouvernement en vue de soulager les travailleurs.

(AIP)

gso/fmo