Cet article a été publié le: 14/05/21 15:48 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/L’impact du rationnement de l’électricité sur les activités des entreprises à Aboisso (Feature)

Aboisso, mai 2021 (AIP)- Le ministre des Mines, du Pétrole et de l’Energie, Thomas Camara, a annoncé  vendredi 07 mai 2021, que les coupures d’électricité dans les ménages ivoiriens pourraient aller  jusqu’à 6h de temps par jour sur une période de trois mois. Comment les entreprises dont l’activité dépend en grande partie de l’électricité font-elles face à cette situation et quels sont les impacts de cette situation sur leurs activités  à Aboisso ?

Groupes électrogènes, une solution palliative

L’usage de groupe électrogène apparaît comme la solution palliative trouvée par la plupart des entreprises. A sud-comoé  caoutchouc (SCC) ce sont deux groupes électrogènes de 2000 kva chacun qui seront mis en marche pour continuer la production lorsque l’électricité sera interrompue, a fait savoir le directeur général (DG) de l’entreprise Olivier Martin. A l’instar des entreprises, les grandes surfaces de produits alimentaires entre autres et les boulangeries se sont également dotées de groupes électrogènes.

Toutefois, l’usage des groupes électrogènes entraîne un surcoût pour les entreprises obligées de les utiliser. D’abord l’achat de ce matériel pour ceux qui n’en avaient pas avant l’annonce du rationnement. En outre  la consommation en carburant qui n’est nul comparable à celle  de l’électricité. Le DG de la SCC en fait la démonstration. Selon Olivier Martin, le coût de la consommation énergétique de l’entreprise par tonne de caoutchouc traité avec la compagnie ivoirienne d’électricité  (CIE) est de 15000 CFA . Avec l’usage des groupes électrogènes il passera à 45 000 FCFA, d’où une perte de 30 000FCFA par tonne de caoutchouc traité, a relevé le DG qui retient que l’usage des groupes électrogènes revient trois fois plus cher que l’électricité de la CIE.

Par ailleurs, certaines entreprises ont acquis avant la crise énergétique des groupes électrogènes incapables de faire fonctionner tout leur matériel au même moment. Le travail est perturbé dans ces entreprises. C’est le cas de la boulangerie de la grande surface Bon prix dont les climatiseurs et d’autres matériels n’arrivent pas à fonctionner.

Des chefs d’entreprises ignorent le programme de rationnement 

Le responsable de la boulangerie Gudis,  Kologa Jean a dit ne pas avoir le programme de coupure, et soutient avoir ainsi perdu plusieurs kilogrammes de farine de blé dans la nuit de jeudi à vendredi à cause de la coupure d’électricité intervenue. Il  a dit ignorer qu’il devait se rendre sur https://monelec.ci/home en vue de voir le programme de rationnement. Comme lui plusieurs chefs d’entreprises sont surpris par les coupures d’électricité.

Les hôteliers, boîtes de nuit et autres maquis se disent impuissants face à cette situation s’ils doivent utiliser des groupes électrogènes pendant des heures. Le surcoût serait insupportable, ont expliqué des hôteliers rencontrés.

La Côte d’Ivoire traverse une crise énergétique  dont les conséquences n’épargnent guère les entreprises obligées de s’adapter de diverses manières note-on.

(AIP)

akn/ask