Cet article a été publié le: 11/06/21 16:24 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ L’INAD-CI sensibilise les patrons d’entreprises à l’intérêt de « la sureté » dans leur gestion

Abidjan, 11 juin 2021 (AIP)- L’Institut national des administrateurs de Côte d’Ivoire (INAD-CI) a organisé, jeudi 10 juin 2021, en partenariat avec le Club des directeurs de sécurité des entreprises (CDSE), un webinair sur le thème « Les impératifs de la prise en compte de la sûreté dans la gouvernance d’entreprise ».

Il s’agissait pour la présidente de l’INAD-CI, Mme Viviane Zunon-Kipré, de sensibiliser les entreprises du réseau INAD-CI sur les risques, pour une entreprise, d’une mauvaise prise en compte des enjeux de sureté.

Les risques humains, technologiques, économiques, juridiques et réputationnels ainsi que les éléments clés de la sûreté en entreprise étaient au centre de cet atelier virtuel.

Plusieurs experts dont l’ex-directeur de la police judiciaire parisienne, Christian Flaesch, le directeur général de la sécurité et de l’Intelligence de Meridiam, Arnaud Kalika, ou encore le spécialiste des questions de sécurité et de défense, Aurore Garnier, y participaient.

De l’avis de l’ancien patron de la police judiciaire de Paris, la responsabilité des bâtiments, des employés et des clients doit être appréhendée sous un angle global pour « avoir un contenu confirmé par les standards internationaux ».

Empruntant l’image du « milieu de terrain » dans le monde du football, Arnaud Kalika, de Meridiam, a affirmé que le responsable de la sécurité garantit un produit de qualité. « La sécurité est un assemblage sans lequel la fusée ne peut décoller », a-t-il soutenu, conseillant au responsable de la sécurité d’être polyglotte parce que « le critère le plus important est le risque pays et géopolitique ».

Pour sa part, l’expert Aurore Garnier a recentré la question, en ce qui concerne spécifiquement la Côte d’Ivoire, à la gestion des violences socio-politiques, aux tensions communautaires, poussées sur les inégalités et tensions générationnelles.

Mais, a-t-il souligné, le risque majeur a trait au terrorisme et à la cybercriminalité. « C’est le moment de diffuser la culture de risque dans les entreprises (…) parce que lorsqu’une entreprise est frappée, il est difficile pour elle de s’en sortir sans impact », a-t-il conseillé.

L’Institut national des administrateurs de Côte d’Ivoire avait consacré sa septième visioconférence, en septembre 2020, à « La responsabilité sociétale (RSE) dans la gouvernance d’entreprise ».

Créé en avril 2013, l’INAD-CI veut mettre en place un mécanisme de partage de bonnes pratiques de gouvernance et de responsabilité sociétale de leurs entreprises, au service des dirigeants qui souhaitent améliorer leurs compétences en matière de gouvernance, selon Mme Zunon-Kipré.

(AIP)

aaa/ask