Cet article a été publié le: 17/09/21 13:12 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ L’intégration des écoles islamiques à l’éducation formelle pour des citoyens connectés aux réalités socioéconomiques  ivoiriens

Odienné, 17 sept 2021 (AIP)- Acteur éducatif engagé dans la mise en œuvre de la Stratégie nationale d’intégration des structures islamiques dans le système formel d’éducation, Daniel Liéba Djélérou, a rappelé, depuis Odienné, les objectifs sous tendant cette politique gouvernementale notamment celui de permettre aux pensionnaires de ces établissements de bénéficier, eux aussi, d’une formation complète à même de faire d’eux des citoyens connectés aux réalités socioéconomiques de leur pays pour ainsi pouvoir participer à son développement.

L’éducation islamique en Côte d’Ivoire, toujours du domaine de l’informel dans une large proportion, reste, à ce jour, focalisée sur l’enseignement de la religion et de la langue arabe. La finalité, à l’origine et qui demeure, étant de fabriquer des guides religieux.

Une donne qui continue de priver de nombreux enfants du système d’éducation formel. Des enfants ainsi limités, une fois adultes, dans leurs capacités d’insertion socio-professionnelle. Même pour ceux qui ont pu accéder à des études supérieures dans des Etats arabes. Parce que ne sachant parler, lire et écrire que l’arabe. Des diplômés de facto hors des circuits classiques d’absorption dans un Etat francophone.

« L’Etat a le devoir de donner les même chances à tous les enfants et jusque-là ces enfants des structures d’éducation islamique, pour certains, font de grandes études et ont de grands diplômes dans des pays Arabes. Mais à leur retour en Côte d’Ivoire on ne peut pas les utiliser », a déploré M Djélérou.

« Un père qui s’est saigné pour l’éducation de son enfant c’est pour qu’il soit utile pour lui-même et pour sa famille et en prolongeant pour son pays. Un enfant qui fait de grands diplômes qui revient qui ne peut pas travailler, c’est une perte pour la nation », a-t-il poursuivi.

L’acteur éducatif s’exprimait en marge d’une session de formation au profit de chargés de communication de directions régionales de l’éducation nationale et de l’alphabétisation et d’inspections, dimanche 12 septembre 2021, à Odienné, sur la Stratégie nationale d’intégration des enfants des structures islamiques dans le système éducatif formel.

Initiée par le gouvernement et adoptée en 2019, cette stratégie est une réponse de l’Etat de Côte d’Ivoire à la problématique de 1,6 million d’enfants et d’adolescents hors du système scolaire dont 377 000 issus d’environ 3000 structures islamiques d’éducation non reconnues par l’Etat.

Un projet qui est aujourd’hui à sa phase de mise en œuvre après des réflexions entre des experts de l’éducation nationale et les acteurs du système islamique qui a permis aujourd’hui de disposer d’outils pour l’enseignement d’un programme harmonisé dans toutes les structures islamiques d’éducation.  Un curricula qui prend en compte le programme national d’éducation et l’exigence de l’enseignement de l’arabe et de la religion.

L’avantage étant que tous les enfants fréquentant des structures islamiques vont pouvoir bénéficier  d’une éducation plurielle qui va élargir leur horizon.

La stratégie nationale d’intégration des enfants des structures islamiques dans le système éducatif formel, soumise  dans le Programme d’investissement public (PIP) du gouvernement, sera mise en œuvre jusqu’en 2025 pour un coût estimé à environ 31, 5 milliards F CFA dont 16,2 FCFA sur ressources propres de la Côte d’Ivoire.

(AIP)

kg/fmo