Cet article a été publié le: 30/06/21 21:24 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ L’OIM se félicite du succès du SIMEX effectué à Odienné

Odienné, 30 juin 2021 (AIP)- L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) se félicite du succès enregistré par l’exercice grandeur nature de simulation de crise transfrontalière, SIMEX, effectué à Odienné, eu égard aux enjeux régionaux de sécurité et de cohésion  la sous-tendant.

« Nous pouvons, sans doute, considérer cet exercice comme un succès et un bon exemple pour d’autres à venir. L’OIM est heureuse d’appuyer la région du Kabadougou et la Côte d’Ivoire dans ce parcours », a signifié, à la faveur de la restitution des résultats de cet exercice, mercredi 30 juin 2021, à Odienné, la responsable des opérations à OIM Côte d’Ivoire et directrice du SIMEX, Marianna Bertelle.

Avec le SIMEX d’Odienné, tenu le 24 mars 2021, la Côte d’Ivoire vivait pour la première fois l’exercice, en tant qu’acte de préparation d’une réponse efficace face à l’éventualité d’une crise humanitaire consécutive au déplacement massif de populations, fuyant des affrontements, d’un Etat à un autre.

L’activité est une étape du processus d’élaboration d’un plan de contingence pour la région du Kabadougou, dans le cadre du projet « Renforcer la gestion des frontières et la cohésion sociale aux frontières de la Côte d’Ivoire avec le Mali et le Burkina Faso (BEMSOC) », financé par le gouvernement japonais.

« Le but est de créer un exemple efficace pour les autres régions de la Côte d’Ivoire.  La région du Kabadougou est le chef de file dans l’effort qui a l’intention de s’étendre à l’échelle nationale », a indiqué en outre la directrice de SIMEX.

L’exercice à Odienné visait à mesurer le degré de coordination des autorités et des communautés locales face à une situation d’arrivée massive de populations, en situation de vulnérabilité, venues d’ailleurs. Egalement évaluer les capacités de réaction des différents intervenants.  Il a consisté en une mise en scène géante avec quelque 300 figurants. Les implications étant notamment le premier accueil communautaire, l’alerte des autorités administratives, la sécurisation, la prise en charge sanitaire des réfugiés, jusqu’à leur déplacement et prise en charge dans un camp.

(AIP)

kg/ask