Cet article a été publié le: 17/03/21 18:44 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Mention très honorable pour la thèse de Kouabenan Ange Christelle sur le potentiel thérapeutique de trois plantes de la pharmacopée traditionnelle ivoirienne

Abidjan, 17 mars 2021 (AIP)- La thèse de Kouabenan Abenan Bio Ange Christelle, a été sanctionnée par une mention très honorable avec les félicitations du jury et proposition pour le prix de thèse, à l’issue de la présentation de ses travaux sur le thème « Cassytha filiformis, Carpolobia lutea, Mikania cordata : trois plantes de la pharmacopée traditionnelle ivoirienne, quel potentiel en thérapeutique médicamenteuse ? ».

 

L’impétrante a exploré leur potentiel en thérapeutique médicamenteuse à partir des publications scientifiques par le recensement de leurs utilisations traditionnelles, la recherche de leurs propriétés pharmacodynamiques et la définition de leur profil de toxicité.

 

Il ressort de ses recherches présentées lors de sa soutenance, mardi 09 mars 2021, à Abidjan, qu’en assimilant les usages traditionnels aux familles pharmaco-thérapeutiques classiques, on retrouve 13 familles thérapeutiques pour Cassytha filiformis, neuf pour Carpolobia lutea et huit pour Mikania cordata.

 

Sur le plan pharmacologique, ont été trouvé 11 propriétés pour Cassytha filiformis parmi lesquelles les propriétés anticancéreuses, antihypertensives, hypoglycémiantes et hépatoprotectrices. 15 propriétés ont été retrouvées pour Carpolobia lutea dont les propriétés antipaludiques, aphrodisiaques, antidiarrhéiques et hypolipémiantes. Quant à Mikania cordata, sept propriétés ont été retrouvés à savoir les propriétés antibactériennes, hépatoprotectrices, anticoagulantes et antiulcéreuses.

 

Le profil de toxicité a été évalué par des essais de toxicités aiguës, subaiguës et subchroniques. Aucun résultat sur la toxicité chronique n’a retrouvé. Il ressort que Cassytha filiformis serait toxique pour le foie, le rein et le fœtus au cours de la grossesse en administration répétée. Carpolobia lutea serait essentiellement hépatotoxique même en administration aiguë. Pour Mikania cordata, on a décelé une hépatotoxicité et un trouble de la coagulation en administration unique et répétée.

L’impétrante conclut que Cassytha filiformis peut être investigué comme candidat phytomédicament hypoglycémiant, Carpolobia lutea comme potentiel candidat phytomédicament antipaludique et antidiarrhéique. Mais ces potentiels restent limités par les résultats des essais de toxicité à cause du chevauchement des doses à effets pharmacologiques et toxiques et l’insuffisance des études scientifiques (manque d’essais chroniques). De plus, de nombreux usages traditionnels qui pourraient élargir le potentiel thérapeutique n’ont pas été l’objet d’études scientifiques, comme l’usage antivenimeux de ces plantes.

 

Le jury était présidé par Pr Hauhouot Attoungbré Marie-Laure, Professeur titulaire de biochimie, biologie moléculaire et biologie de la reproduction à l’Unité de formation et de recherche (UFR) des Sciences pharmaceutique et biologiques de l’université Houphouët-Boigny d’Abidjan.

 

(AIP)

 

aaa/ask