Cet article a été publié le: 26/11/20 14:16 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Mort de Diégo Maradonna : Des sportifs de Gagnoa témoignent

Jeudi 26 nov 2020 (AIP)-Le monde du football pleure l’Argentin Diégo Armando Maradona, ex-international footballeur professionnel, 60 ans, décédé mercredi 25 novembre 2020 dans son pays. Considéré par les journalistes comme l’un des deux meilleurs joueurs du 20ème siècle avec Edson Arantès Donacimto, alias Pélé, Gagnoa témoigne.

« C’était une vraie merveille de voir jouer Maradona », soutient d’emblée Boussou Jean-Claude, ancien international junior ivoirien, enseignant d’éducation physique et sportive actuellement fonctionnaire à la direction régionale des Sports et Loisirs à Gagnoa.

Selon l’ancien sociétaire de l’équipe de football du stade d’Abidjan, et entraîneur des centres de formation qui porte son nom, Diégo Maradona « subjuguait » sur le terrain, ses propres partenaires de jeu, tant par sa lecture, l’anticipation que son assurance.

Boussou Jean Claude regrette de n’avoir pas eu la chance de jouer le match entre l’équipe argentine de football de Boca junior, dans laquelle évoluait Diégo Maradona et celle du Stade d’Abidjan, au stade Houphoiuët-Boigny, en 1981. « Dommage, j’étais encore en junior », a-t-il dit.

Pour coach Abou, un des leaders des centres de formation de football de Gagnoa, la réussite de Diégo Maradona devrait donner de l’espoir aux entraîneurs de centre de formation de l’intérieur du pays. Il a expliqué que la légende Argentine, a évolué dans un petit centre, avant de se retrouver à Boca Junior. C’est la preuve qu’à force de travail, le résultat est visible.

Son seul regret, dira-il, est que l’immense talent mondialement reconnu, n’ait pas bénéficié de l’encadrement adéquat une fois sorti des centres de formation. Le constat a montré en effet, que son hygiène de vie n’était pas celle exigée à un footballeur de très haut niveau, au point qu’il a eu plusieurs passages à vide dans sa carrière. « Malgré tout, son talent est demeuré intact », fait observer coach Abou.

Son espoir est de voir la Fédération internationale de Football, la FIFA, donner le nom Diégo Maradona, à l’une des compétitions majeurs qu’elle organise au niveau mondial.

(AIP)

Dd/ask