Cet article a été publié le: 25/10/22 8:49 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Pierre Dimba encourage la planification familiale pour lutter contre les « décès maternels évitables »

Abengourou, 25 oct 2022 (AIP)-Le ministre de la Santé, de l’Hygiène publique et de la Couverture maladie universelle, Pierre Dimba, a encouragé, lundi 24 octobre 2022, les femmes et les jeunes filles de Côte d’Ivoire à la contraception et à utiliser les services de planification familiale (PF) pour lutter contre les « décès maternels évitables ».

« Les femmes qui ont moins de grossesses à risque et moins d’accouchement à risque conservent une meilleure santé et cela confère une meilleure éducation et un bon encadrement de leur enfant », a fait savoir M. Dimba lors de la célébration décalée à Abengourou de la 16e édition de la journée mondiale de la contraception (JMC).

Il a expliqué aux hommes que la PF à l’avantage de réduire les charges de la famille, elle permet à la femme de planifier sa famille, sa vie, de poursuivre ses études, et de chercher à conserver les meilleurs emplois. Il a demandé que les hommes acceptent de donner la chance à leurs enfants de développer pleinement leur potentiel à travers une bonne planification de leur naissance.

Pierre Dimba a fait savoir que le thème de la JMC « intensification de l’offre des méthodes contraceptives dans un contexte de gratuité en Côte d’Ivoire » met un point d’honneur sur l’intensification de la PF pour la réduction des barrières à l’accès aux soins de santé sexuelle et reproductive en Côte d’Ivoire

Il a rassuré sur l’engagement du gouvernement et ses partenaires UNFPA et USAID, à poursuivre les actions pour rendre effective la gratuité de la PF décidée depuis le 26 septembre 2021 dans tous les centres sanitaires et communautaires, de faire adopter dans les meilleurs délais, une loi sur la santé de la reproduction favorable à l’offre de service de PF et faire passer la prévalence contraceptive de 23 % à plus de 36 % en 2030.

En 1994, lors de la conférence internationale du Caire sur la population et le développement, la contraception a été retenue comme un droit humain fondamental pour déterminer librement et de manière responsable le nombre d’enfants.

Depuis cette date, la Côte d’Ivoire s’est engagée dans un processus de développement des services de santé sexuelle et reproductive y compris la planification familiale. Chaque année, ce sont 400 millions F CFA qui sont dégagés pour l’achat des produits contraceptifs, pour la disponibilité des offres de service de PF et de contraception dans toutes les structures sanitaires et le renforcement des services communautaires.

La Côte d’Ivoire a enregistré en 2021, des résultats encourageants avec une prévalence contraceptive de 23 %, 1 580 000 femmes sous contraception, Le pays a évité respectivement 560 000 grossesses à risque, 200 000 avortements à risque et 2 400 décès maternels et dépassé largement ses objectifs de 90 000 nouvelles utilisatrices pour atteindre 109 000.

(AIP)

nam/ask