Cet article a été publié le: 23/06/22 9:54 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Près de 72 % de la jeunesse africaine soutient la démocratie (Etude)

Abidjan, 22 juin 2022 (AIP)- Près de 72 % de la jeunesse d’Afrique soutient la démocratie, selon une étude menée au premier trimestre 2022 par la Fondation de la famille Ichikowitz auprès de 4000 jeunes dans une quinzaine de pays du continent.

Cette enquête a été notamment menée en Afrique du Sud, Angola, Congo Brazzaville, Éthiopie, Gabon, Ghana, Kenya, Malawi, Mozambique, Nigeria, Ouganda, République démocratique du Congo (RDC), Rwanda, Soudan et Zambie.

Quelque 53% des enquêtés pensent que la démocratie de type occidental n’est pas nécessairement adaptée au contexte africain et préfèrent que l’Afrique trouve son propre système et sa propre structure démocratique qui conviennent au continent et à ses habitants.

Présentée lors d’une conférence de presse, lundi 22 juin 2022, initiée par  l’Agence de communication et de relations publiques Opinion and Public BCW, l’enquête révèle que plus de deux tiers des enquêtés désapprouvent les scénarios politiques dans lesquels le président a le pouvoir de tout décider. Ils considèrent l’égalité de tous les citoyens devant la loi comme la valeur démocratique la plus importante.

Les jeunes du continent accordent également une grande importance à la liberté d’expression et aux élections libres et équitables en tant que principes de gouvernance démocratique, a repris  le directeur général de l’agence Opinion and Public BCW, Kwame Senou dans les locaux de l’Agence à Cocody.

Conceptualisée et souscrite par la Fondation de la famille Ichikowitz en Afrique du Sud, l’enquête qui reste un baromètre inédit et unique des espoirs, des rêves et des préoccupations de la prochaine génération de dirigeants africains a également permis d’obtenir des résultats sur la question du déclin de l’afro-optimisme, des maladies infectieuses, de la sécurité et de la stabilité, de l’environnement, de la connectivité et des médias, de l’emploi et des relations extérieures.

Selon l’industriel, philanthrope et président de la fondation Ivor Ichikowitz, l’enquête a prouvé sans l’ombre d’un doute que la présente génération de jeunes Africains était consciente des risques qu’elle encourait, mais consciente aussi des choses qu’elle devait régler pour réaliser ses rêves.

(AIP)

bsb/tm