Cet article a été publié le: 23/06/22 13:48 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Quand l’insuffisance de ressources fragilise les dialysés chroniques de Gagnoa (Reportage)

Gagnoa, juin 2022 (AIP) – Le Centre hospitalier régional (CHR) de Gagnoa a réceptionné, mardi 14  juin 2022, cinq nouveaux générateurs et huit fauteuils du ministère de la Santé, de l’Hygiène publique et de la Couverture maladie universelle pour la prise en charge des personnes souffrant d’insuffisance rénale. Avant de recevoir ce matériel, le centre ne disposait que de trois générateurs et deux fauteuils de dialyse pour une soixantaine de patients. Mais que, de galère pour ces patients, dont la majorité en situation de vulnérabilité matérielle et financière doivent avoir deux séances hebdomadaires de dialyse

Dans le bâtiment du centre d’hémodialyse, situé dans le fond de la cour du Centre hospitalier régional de Gagnoa, plusieurs patients. L’un d’eux, d’une taille à peine moyenne, semble tourner en rond. « Je suis le président de l’Association des dialysés de Gagnoa », déclare le nommé Dekoumahi Cendre. Malade et dialysé depuis bientôt cinq ans, il révèle d’emblée sa situation critique.

Dekoumahi Cendre, Président de l’Association des dialysés de Gagnoa, plaide pour plus d’aide

« Je suis chef de terre chez moi à Taï (Sud-Ouest de la Côte d’Ivoire) où je résidais et exerçais mes activités. Mais j’ai dû emménager à Gagnoa avec femme et enfants, pour raison de santé », confesse le cinquantenaire accompli, les yeux rougis par l’anxiété. « C’est vraiment difficile, quand tu es dialysé », ajoute-t-il, soutenant qu’il est contraint d’effectuer le voyage au moins une fois par semaine de Taï-Guiglo-Duékoué, soit 115 km avant de trouver un véhicule qui assure la liaison directe, Duékoué-Issia-Gagnoa, 185 km.

Soit un total de plus de 300 km en aller et 300 km en retour, pour une séance de dialyse. Cela s’avérait insuffisant pour un cas chronique qui nécessite deux séances hebdomadaires. Enfin. Il dit avoir déménagé avec toute sa famille à Gagnoa parce que financièrement et physiquement, ces allées et venues n’étaient plus supportables. Comment vit-il à Gagnoa ? A cette question, son regard traduit toute son impuissance, en plus qu’au bout de dix minutes de questions-réponses, il présente déjà des signes d’essoufflement. « Dieu est vraiment vivant, sinon…, » soupire M. Cendre qui invite les collectivités locales à accroître les soutiens aux dialysés.

Assis sur une chaise, devant une table et un cahier dans lequel il prend beaucoup de notes. L’homme lâche tout et s’approche timidement, comme pour dire qu’il veut aussi témoigner de la souffrance des dialysés. « Mon nom est Gooré Jean Didier, secrétaire général de ladite association”, déclare-t-il. « Notre gros problème est que les dépenses du dialysé ne finissent jamais », lâche l’homme, qui semble à la fois jeune et vieux. « Le rythme soutenu de dépenses incompressibles auxquelles doit faire face le patient décourage les parents, » fait-il observer.

En effet, le patient admis en dialyse doit d’abord se faire installer un cathéter pour une durée maximum de trois mois, au coût de 150 000 F à Gagnoa. En plus, une fistule qui est plus durable pour 200 000 s’avère nécessaire.

Suivent après quoi les rendez-vous pour les séances. Si tous saluent le prix du kit de dialyse, subventionné par le gouvernement fixé à 1 750 F la séance, M. Gooré Jean Didier fait observer que « c’est la gestion du quotidien, qui rend la vie du malade encore plus difficile. » Chaque fin de mois, il doit acheter des cachets de traitement de la tension artérielle, variant entre 25 000 F et 27 000 F. En outre, trop souvent anémié, le patient doit se faire transfuser du sang une fois par mois. Enfin, le dialysé doit bien manger pour prendre ses médicaments. « C’est donc au moins 70 000 FCFA le mois », assure le secrétaire général de l’association.

À l’écouter, sa journée et celle des dialysés chroniques est vraiment très compliquée. « Nous n’avons presque pas d’activités physiques », fait-il observer, vu que déjà complètement affaibli au réveil. Très rapidement, trouver à manger devient une préoccupation, parce qu’il faut prendre des médicaments de tension qui exigent un petit déjeuner. Après c’est le repos. Le malade dialysé n’a plus la capacité de beaucoup marcher et se promener. Par ailleurs, nous nous interrogeons sur le comportement bizarre de la dizaine de personnes qui traînent dans les environs, et qui donnent l’impression de n’utiliser qu’un seul bras, comme s’ils étaient tous handicapés. L’on me fait comprendre que le bras sur lequel est posée la fistule ne peut faire beaucoup de mouvements.

Le dialysé et le travail

Dr Abbey Arnaud, chef du centre hémodialyse (Au centre), en compagnie des autorités administratives et sanitaires de la région

« Ce repos régulier n’arrange pas les chefs d’entreprise », regrette M. Gooré. En effet, le constat est que de la soixantaine qui fréquente chaque semaine le centre d’hémodialyse, aucun ne travaille. La seule solution de rechange est le petit commerce. « Ils sont tous démunis et personnes vulnérables », déclare le chef d’antenne régionale d’hémodialyse de Gagnoa, le médecin néphrologue, Dr Abbey Arnaud, Dr Abbey Arnaud.

Planteur, marié et père de six enfants, Blédi Brice, lui, est venu de Grand Béréby (Sud-Ouest) de la Côte d’Ivoire. Dans un coin du bâtiment, attendant de passer sur un fauteuil pour sa dialyse. Il vient une fois par semaine parce que n’ayant pas les moyens de se déplacer pour réaliser deux séances de dialyses la semaine.

Sa journée est un « calvaire moral » dit-il, vu qu’il n’a plus de force physique pour vaquer à ses occupations, notamment, les travaux champêtres. Toute la journée, révèle-t-il, il regarde les autres partir en brousse. N’ayant pas d’argent pour ses soins qui demeurent une nécessité s’il veut vivre, M. Blédi a eu donc recours à  l’hypothèque de sa plantation. Même s’il sait que ce n’est pas la solution, il affirme ne pas avoir le choix. Mais, pour combien de temps, car le traitement est un recommencement perpétuel, alors que l’hypothèque de la plantation n’est pas renouvelée tous les mois ? Lui aussi appelle à l’aide, car plusieurs  membres de sa famille l’ont abandonné, et ses enfants et lui, sont devenus de véritables charges sociales.

Position du chef d’antenne régionale d’hémodialyse

Dr Abbey présente les anciens générateurs pour la dialyse

Dr Abbey Arnaud exprime son impuissance devant la vulnérabilité des patients, à qui il demande de garder espoir. « Malheureusement, ici au centre de Gagnoa, non seulement les patients sont démunis et vulnérables, mais en plus, ils arrivent pour la majorité des cas, à un stade avancé de la maladie », déplore le praticien. Nous l’entendons interroger un parent de patient, sur les raisons de l’arrivée tardive de son frère. La tête baissée, l’homme va confesser  avoir d’abord réalisé plusieurs mois de traitement à l’indigénat, puis des semaines de séances de prières à l’église. « C’est toujours le même scénario », nous lance le médecin, ajoutant que malheureusement, « pendant ce temps, le mal prospère et s’installe. Alors que des examens réalisés plutôt, auraient permis une meilleure prise en charge et conduire certainement à une guérison complète et entière. »

Réaction des collectivités

Pour amoindrir les difficultés des dialysés, le Conseil régional du Gôh a multiplié par huit la subvention qu’elle alloue à leur association de Gagnoa, la faisant passer de 500 000 F en 2022, à 4 000 000 F pour 2023. Quant à la mairie, elle offre 1 000 000 F annuellement à cette même association.

Le centre régional de Gagnoa a ouvert en 2008, mais a commencé à travailler effectivement en avril 2015. Il couvre tout l’ouest et est énormément sollicité, car, mis à part Gagnoa, Divo, San Pedro, Touba, Man n’ont pas de centres.

(AIP)

dd/ask