Cet article a été publié le: 21/11/20 10:50 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Querelle autour de la succession à la chefferie de Ouéréguékaha

Niakara, 21 nov 2020 (AIP)- Urbain et Béma Touré, deux natifs du village de Ouéréguékaha, 25 kilomètres au Sud de la ville de Niakara (Centre-nord, région du Hambol), se prévalent du droit de succession à la chefferie locale suite au décès du patriarche Tiémoko Touré, ex-chef inhumé en octobre, une querelle entre deux clans conduits par chacun de ces prétendants qui suscite des débats, a constaté l’AIP sur place, vendredi 20 novembre 2020.

Selon Eric Ouattara Klossioh, la trentaine révolue, un habitant du village, “une assemblée, tenue récemment ici au village, a conduit, selon nos us et coutumes, à la désignation de Béma Touré en tant que chef du village de Ouéréguékaha et toute la documentation y afférente a été déposée à la sous-préfecture de Niakara, par conséquent Urbain Touré doit céder le fauteuil qu’il veut occuper illégitimement. Il ne faut pas tordre le cou à nos traditions”.

Quant à Florent Touré, un agriculteur à Ouéréguékaha, il a soutient que Urbain Touré, anciennement secrétaire du défunt chef durant de longues années, “est administrativement connu pour son charisme et ses aptitudes à conduire les affaires locales, il est bien placé pour assurer la relève puisqu’il jouait déjà et parfaitement le rôle d’intérimaire quand l’ancien chef du village, aujourd’hui décédé, a été grabataire pendant longtemps”.

En pays Tagbanan, selon un septuagénaire et sage de Ouéréguékaha interrogé par l’AIP,  la succession à la chefferie traditionnelle “est une question de lignée, le pouvoir du chef de village tire son fondement du sacré et du lien de sang reconnus et acceptés de tous les membres, loin du rationnel”.

(AIP)

jbm/fmo