Cet article a été publié le: 29/09/20 20:57 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Rentrée scolaire : démarrage effectif des cours dans des classes à Divo

Divo, 29 sept. 2020 (AIP) – Les cours ont effectivement démarré dans la plupart des écoles primaires et secondaires de Divo, pour la plupart, dans des classes encore assez clairsemées, deux semaines après la date officielle de la rentrée scolaire 2020-2021, a constaté l’AIP lundi 28 et mardi 29 septembre 2020.

Les cours des écoles primaires et secondaires abondent de plus en plus d’élèves et de parents d’élèves depuis le lundi 28 septembre 2020. Dans le primaire public, les classes sont, tout de même, à peine à moitié pleines des effectifs attendus, surtout du Cours préparatoire 1ère année (CP1) au Cours moyen 1ère année (CM1), comme constaté, mardi, dans la classe de CP1 de l’EPP Konankro 3, où la maîtresse donnait cours à seulement six élèves.

Dans les établissements secondaires publics, aucun cours n’avait démarré jusqu’à ce lundi, en raison de l’absence des élèves. Quelques cours ont pu démarrer ce jour mais, élèves et parents d’élèves s’attelaient surtout à faire l’inscription auprès des éducateurs. Dans les lycées modernes 1, 2 et 3, les plus grands de Divo, l’ambiance est la même.

Le proviseur du lycée 3 de Divo, Kamagaté Ali

Le proviseur du Lycée moderne 3 de Divo, Kamagaté Ali, a expliqué qu’en raison de l’absence des élèves, deux semaines de révision des cours ont été perdues, parce qu’il est prévu dans le programme scolaire, du 14 septembre au 30 octobre 2020, des séances de révision principalement en vue de consolider les connaissances des élèves, en raison du courtement des programmes l’année scolaire dernière, dû à la pandémie du COVID-19.

Ainsi, depuis la date officielle de la rentrée scolaire, le 14 septembre 2020, les enseignants de ces lycées et collèges publics, sont presque tous présents, avec leurs emplois du temps, mais ils n’ont commencé à donner cours que depuis ce lundi. De nombreux élèves risquent de ne bénéficier d’aucune de ces séances de révision, au rythme actuel de leur inscription et présence dans les classes, déplore Kamagaté Ali.

(AIP)

jmk/ask