Cet article a été publié le: 29/04/21 11:32 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Revue des activités du projet « Droit à l’éducation inclusive et au maintien des filles à l’école » à Bouaké

Bouaké, 29 avr 2021 (AIP)- Le Ran Hôtel de Bouaké a abrité mercredi 28 avril 2021 une revue des activités du projet « Droit à l’éducation inclusive et au maintien des filles à l’école » organisée par les deux directions régionales de l’éducation nationale et de l’Alphabétisation (DRENA) de Bouaké (DRENA-Bouaké 1 et DRENA-Bouaké 2) avec l’appui technique et financier de l’UNFPA.

Il s’agissait pour les différents partenaires d’exécution de ce projet de faire le bilan à mi-parcours de leurs activités de mise en œuvre, de relever les difficultés rencontrées ainsi que les mesures correctives apportées à ces difficultés.

Ces partenaires d’exécution, notamment, la DEMOS, Espoir-vie, l’ARSIP et le centre SAS, ont à tour de rôle présenter les principaux résultats obtenus dans la mise en œuvre du projet et identifier les contraintes à la réalisation de leurs activités. Ils ont également formulé des recommandations pour accélérer la mise en œuvre des interventions en vue de l’atteinte des résultats du projet.

Au nom des recommandations formulées par les participants à cette revue figure la mise en place d’un comité régional de pilotage qui aura pour mission de favoriser une synergie d’action entre les différents partenaires de mise en œuvre du projet.

Dans la perspective de renforcer l’accès des jeunes filles à l’éducation à travers une approche transformatrice qui touche les facteurs de vulnérabilités sociales, économiques, liées aux inégalités de genre et la non valorisation de la fille par rapport au garçon dans la société, le gouvernement de Côte d’Ivoire avec l’appui technique et financier de l’UNFPA a initié le projet « Droit à l’éducation inclusive et au maintien des filles à l’école ».

Ce projet cible les zones où les facteurs de vulnérabilité (grossesses en milieu scolaire, mariages précoces, violences basées sur le genre, mutilations génitales féminines) sont réels et où les indicateurs d’accès aux cycles primaires et secondaires sont encore faibles.

Il s’agit, notamment, des régions éducatives du Nord-Est (Bondoukou, Bouna et Abengourou), de l’Ouest (Guiglo, Man-Sipilou) et du centre (Bouaké, Yamoussoukro, Dimbokro, Daoukro, et Bongouanou) et le district d’Abidjan (Abobo et Yopougon-Niangon).

(AIP)

rkk