Cet article a été publié le: 18/11/21 14:52 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ RGPH 2021 : La Ministre Nialé Kaba rassure que les délais du dénombrement sont tenables

Abidjan, 18 nov 2021 (AIP)- La ministre du Plan et du Développement, Nialé Kaba, a rassuré jeudi 18 novembre 2021, à Abidjan, que les délais de 21 jours du dénombrement sont tenables et qu’au soir du 28 novembre, la population vivant en Côte d’Ivoire devra être recensée.

Selon Mme Kaba, les acteurs impliqués dans le Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) s’emploient à trouver des solutions aux difficultés « surmontables » que rencontre l’opération à savoir la défection des agents enregistrés dans certaines zones, la réticence de certains ménages et le difficile accès à des localités en raison de la pluviométrie.

Entres autres solutions palliatives, elle a évoqué le rappel de certains agents figurant sur la liste d’attente concernant la défection des agents recenseurs, la poursuite de la sensibilisation auprès des représentations diplomatiques et des leaders communautaires sur le volet des ménages encore réticents et enfin, l’équipement en motos et autres moyens de mobilité des agents recenseurs pour contrer la difficulté de la voirie.

« C’est le lieu de lancer un appel à l’ensemble des ivoiriens et des non ivoiriens vivant sur le territoire à se faire recenser. C’est un acte citoyen », a conclu la ministre du Plan et du Développement.

La phase du dénombrement des ménages du 5è RGPH a débuté le 8 novembre pour s’achever le 28 novembre. Un total de 38 000 agents de terrains dont 28 500 agents recenseurs et 7087 chefs d’équipes sont déployés sur toute l’étendue du territoire national pour collecter des informations sur les ménages et les individus des ménages.

Les données issues du Recensement de la population 2021 permettront notamment de faire le suivi et la revue du Plan national de développement (PND) 2021-2025, d’évaluer les politiques sectorielles dans tous le domaines (agriculture, santé, éducations, etc.) et de fournir des informations statistiques récentes et fiables permettant le suivi des agendas internationaux notamment les Objectifs du développement durable (ODD) à l’horizon 2030 et de l’Agenda 2063 de l’Union Africaine.

Le processus, d’un coût global de près de 23 milliards de francs CFA, est financé par l’Etat de Côte d’Ivoire avec le soutien financier et technique de certains bailleurs de fonds dont la Banque mondiale (6,3 milliards), la Banque africaine de développement (3,9 milliards), la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (150 millions), etc.

La Côte d’Ivoire a déjà réalisé quatre opérations du genre. Elles ont eu lieu en 1975, 1988 et 1998 et plus récemment en 2014. La périodicité décennale n’a pas été respectée en 2008, compte tenu de la crise sociopolitique qu’a connue le pays entre 2002 et 2014.

Le RGPH 2014 a donc montré des insuffisances notables,  relevées par une évaluation commanditée par le Gouvernement avec l’appui technique de l’Organisation des nations unies pour la population (UNFPA). Ces insuffisances découlent notamment des difficultés d’ordre logistique et financier aggravées par le contexte sociopolitique d’alors.

(AIP)

fmo