Cet article a été publié le: 19/10/20 14:25 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Secteur des TIC: les infographes sont les profils les plus recherchés (Etude OIT)

Abidjan, 19 oct 2020 (AIP)- Les profils les plus recherchés par les entreprises dans le domaine des Technologies de l’information et de la communication (TIC) en Côte d’Ivoire sont ceux des infographes (18,66%), suivis des développeurs web et mobile (15,31%), des informaticiens (12,11%), des spécialistes en réseau informatiques et télécommunication (10%) et des community manager (6,6%), selon une étude du l’Organisation internationale du Travail (OIT).

« Les emplois dans le secteur du numérique sont pour la majorité des contrats d’emplois (63,13%) contre 32,54% de contrat de stage. Plus de 63% des offres d’emplois aux métiers du numérique demande un niveau BAC+2. Le niveau BAC+6 reste marginale soit 0,2%3 », révèlent les résultats de l’Etude du secteur du numérique et de ses métiers en Côte d’Ivoire livrés lundi 19 octobre 2020, au cours d’un atelier à Abidjan.

Il ressort également de cette étude que le secteur des TIC est l’un des moins inégalitaire en terme de pourcentage d’emplois formels occupés par les femmes puisqu’il figure à la 6e position des secteurs qui emploient plus de femmes. Un peu plus d’un tiers des emplois est occupé par les femmes.

« Parmi les segments identifiés au niveau des activités et produits du numérique en Côte d’Ivoire, les télécommunications offrent plus de la moitié des emplois (56,14%), suivi de celui des conseils et intégration de solutions (20,77%), de la programmation informatique (7,66%) et du e-commerce », ajoute le rapport de l’étude.

Bien que marginale pour le moment en Côte d’Ivoire, il existe une demande pour les profils d’ingénieur cloud et réseaux, de data scientist, de data analyst et d’architect logiciel, de pilote de drone, de concepteur et réalisateur d’application embarquée et d’intelligence artificielle.

Pour le Représentant pays de l’OIT, Frédéric Lapeyre, le numérique s’impose comme une des clés de la construction de l’avenir du travail et de la Côte d’Ivoire. « Cette étude qui est restituée au cours de cet atelier ouvre des pistes pour l’élaboration d’une stratégie de développement de compétences pour les métiers du numérique en Côte d’Ivoire. La numérisation de l’économie crée des besoins en termes de formation professionnelle des personnes qui sont déjà dans le monde du travail qui voient leur outil de travail changé », a relevé M. Lapeyre.

Frédéric Lapeyre souligne qu’il est important de pouvoir identifier des pôles de compétences en Côte d’Ivoire au niveau des start-up, des entreprises innovantes, des universités qui vont pouvoir répondre à ces défis de l’évolution du numérique et pouvoir penser aux dispositifs qui peuvent être mis en place pour soutenir ces entreprises innovantes.

« La Côte d’Ivoire, c’est un pays où il y a le potentiel en termes de ressources humaines,  de technologie, bandes passantes, etc. Mais la révolution numérique doit toucher tout le monde notamment le monde paysan. Il y a énormément de potentiel d’accroissement de la productivité de la petite paysannerie à travers la numérisation de la production agricole », a-t-il ajouté.

L’offre de la formation en Côte d’Ivoire pour les métiers du numérique est organisée principalement autour des filières informatique, développeur d’application, sciences électronique et informatique, systèmes réseau informatique et télécommunication, maintenance des systèmes de production, systèmes électronique et informatique, génie informatique, informatique décisionnel, technologie de l’informations et de la communication, communication visuelle, système réseau informatique te télécom, électrotechnique, génie électrique et électronique, tourisme et hôtellerie, ressources humaines et communication.

(AIP)

ena/cmas