Cet article a été publié le: 16/07/21 12:26 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Trois villages primés pour leur contribution à la conservation du parc national de Taï

San-Pedro, 16 juil 2021 (AIP)-L’Office ivoirien des parcs et réserves (OIPR) a procédé, jeudi 15 juillet 2021 à San-Pedro, à la remise symbolique des prix des villages Gnaboya, Doba et Zaïpobly, lauréats de l’édition 2020 du prix vert institué pour soutenir les villages riverains qui contribuent fortement à la conservation du parc national de Taï.

Les représentants de Gnaboya (premier prix d’un montant 3,5 millions FCFA) et ses deux poursuivants Doba et Zaïpobly (deuxième prix d’une valeur de 1,25 million FCFA chacun), ont reçu des attestations symbolisant leurs récompenses des mains des autorités, lors de la deuxième session du Comité de gestion local du parc national de Taï.

L’OIPR investira l’équivalent de ces prix dans des projets de développement des différentes localités à savoir, la réfection de la toiture des bâtiments du groupe scolaire de Gnaboya décoiffée par la tornade, la réhabilitation de l’école maternelle de Zaïpobly et la rénovation du logement de la sage-femme de Doba.

Les activités qui ont permis de décerner ces prix à ces villages sont notamment, la réalisation de pépinières d’arbres d’ombrage et fruitiers utiles, la contribution à la sensibilisation des populations contre l’agression de la forêt à travers une Association villageoise de conservation (AVC) du parc et la lutte contre le braconnage.

Le prix vert s’inscrit dans le cadre de l’appui aux populations riveraines du parc et vise à les amener à vivre en bonne intelligence avec cette forêt. Il s’agit d’une récompense en nature qui permet à l’OIPR de soutenir des projets de développement du village lauréat par un financement correspondant à sa récompense, afin que les populations soient davantage motivées pour la conservation du parc.

«C’est une manière pour l’OIR de contribuer au développement social et économique des populations qui vivent à la périphérie des parcs nationaux», a indiqué le directeur général de l’OIPR, le colonel major Tondossama Adama. Il invite les populations à s’approprier la gestion du parc afin qu’à terme, la valorisation de l’espace contribue à l’amélioration de leurs conditions de vie.
(AIP)
nbf/fmo