Cet article a été publié le: 28/11/20 10:52 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Un cadre prône “le bon social” dans l’approche contre la pauvreté dans le Denguélé

Odienné, 27 nov 2020 (AIP)-  Cadre du Denguélé de la diaspora, Dramane Cissé prône “le bon social”, une approche personnelle qu’il entend déployer dans sa volonté d’apporter sa pierre dans la lutte contre la pauvreté dans les différentes localités du district.

Pour Dramane Cissé, “le bon social” met au cœur de son action, le secteur de l’informel et va consister en des appuis financiers non remboursables aux “petites mains battantes” qui l’animent. Concrètement, il s’agira de fournir ou d’aider à accroître le capital de femmes et de jeunes exerçant de petites activités lucratives qui ne nécessitent pas forcément un gros investissement. L’objectif étant d’arriver véritablement à changer des vies.

“C’est ma manière d’accompagner, de dire que c’est ça le chemin”, a-t-il fait comprendre, avant de regretter cette façon de faire qui veut que l’on rassemble des personnes vulnérables pour leur distribuer quelques billets de banque, à des fins démagogiques.

Le cadre engagé auprès de sa communauté depuis plusieurs années, dans les secteurs de l’éducation et de la santé notamment, dit tirer sa nouvelle approche de son vécu personnel. Lui, issu d’un milieu défavorisé et dont la mère a été l’une de ces petites mains besogneuses qui chaque jour se battent pour leur famille.

“Ma mère vendait du gombo au marché avec pour capital pas plus de 10 000 Francs CFA. Elle arrivait à s’occuper de nos petits besoins. Nous sommes le fruit de de cette éducation. Je me dis donc que si ces personnes sont accompagnées véritablement, sans hypocrisie, sans manipulation, de façon sincère, la société se porterait mieux”, a-t-il signifié, en procédant au lancement d’un premier fonds non remboursable au profit de femmes battantes d’Odienné.

Au total, 200 femmes ont bénéficié de ce don pour un montant global d’un million de Francs CFA. De cette première expérience, découleront d’autres appuis. A en croire le promoteur, également président de la diaspora du Denguélé en Europe, la présence de ses collaborateurs sur le terrain permettra de répertorier des bénéficiaires qui régulièrement bénéficieront du “bon social”.

(AIP)

kg/cmas