Cet article a été publié le: 20/04/21 14:11 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Un colloque international sur la région du Lôh-Djiboua à Divo

Divo, 20 avr 2021 (AIP) – Un colloque international pluridisciplinaire sur la région du Lôh-Djiboua s’est tenu à Divo, afin de revisiter l’histoire et la culture de ses peuples, à savoir les Dida, Godié et Ega, et diagnostiquer les défis de développement et pour y proposer des solutions.

Ce colloque a réuni plusieurs panélistes, notamment des professeurs et doctorants d’universités de Côte d’Ivoire, du Sénégal, Togo, Benin et du Canada, du jeudi 15 au samedi 17 avril 2021, autour du thème central, « Peuples Dida, Godié et Ega : histoire, civilisations et défis de développement ».

Selon le Directeur scientifique du colloque, Prof Sékré Gbodjé Alphonse, Directeur du département d’Histoire de l’université Alassane Ouattara de Bouaké, l’Histoire de ces trois peuples frères reste à explorer.

« Dans nos universités, la problématique des origines des didas, des cultures des didas, entretient une controverse immense. Il fallait donc s’arrêter pour conduire la réflexion dans toutes sa dimension sociologique, historique, anthropologique et philosophique, pour comprendre et restituer l’identité historique et culturelle du peuple Dida », a souligné Prof Sékré.

Vingt communications ont été faites sur quatre thématiques majeures, à savoir la question du foncier, de la culture, la paix en rapport avec l’histoire de l’économie de la région, l’identité et la vérité des peuples dida, godié et Ega. Ils sont reconnus minoritaires dans leur sphère géographique, globalement riche en ressources minières, au plan agricole, et au niveau culturel.

Le colloque n’a pas tranché la question des origines de ces trois peuples qui habitent les départements de Divo, Lakota, Guitry, et Sassandra. Les réflexions doivent se poursuivre, a-t-on noté. Un colloque spécial sur le foncier a été recommandé et, au plan du développement, il a été recommandé la création d’une mutuelle apolitique qui rassemble tout le monde, afin de proposer des stratégies de développement des villages, de même qu’il a été recommandé une intégration de toutes les populations à la base, afin de consolider la cohésion et la paix.

Ce colloque a été organisé en collaboration avec le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, l’université Alassane Ouattara, le Conseil régional du Lôh-Djiboua, le Djaka festival, et l’Union des cadres du grand Divo (UCGD).

(AIP)

jmk/ask