Cet article a été publié le: 10/10/20 7:05 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Plaidoyer pour une meilleure éducation des jeunes pour lutter contre la violence

Abidjan,10 oct 2020 (AIP)– Un panel composé entre autres de l’Ambassadeur de l’Union européenne en Côte d’Ivoire, Jobst von Kirchmann, du président de la Fondation Magic System, Salif Traoré (A’Salfo),  a plaidé pour une meilleure éducation des jeunes afin de lutter contre les violences, surtout durant l’élection présidentielle.
L’organisation de ce panel constitue le lancement de la campagne ” Engagés pour la paix”, une contribution à la consolidation de la paix  à travers l’engagement des acteurs culturels, sportifs et des jeunes. Cette activité est une initiative de l’Union européenne et de la Fondation Magic System. 
Outre l’ambassadeur de l’Union européenne, et l’artiste Asalfo, l’ex-préfet d’Abidjan, Vincent Toh Bi, le coordonnateur résident du système des Nations Unies en Côte d’Ivoire, Philippe Poinsot, la coordonnatrice nationale du Réseau ouest africain pour l’édification de la paix (WANEP), Soro Kamara Mylène, ont apporté leur contribution sur le thème « la préservation de la paix relève-t-elle d’une responsabilité individuelle de chaque citoyen, ou d’une responsabilité collective qui engage la nation dans son ensemble”.
Les panélistes ont, dans leur ensemble, convenu de l’importance de l’éducation  de la jeunesse pour non seulement inculquer des valeurs morales et intellectuelles  aux jeunes, mais aussi pour leur la réalisation  de leurs rêves et leurs épanouissement.
.
Pour Philippe Pinsot, les leviers sur lesquels les gouvernants peuvent s’appuyer pour éloigner les jeunes de la violence sont notamment l’emploi, l’autonomisation de la jeune fille, la participation des jeunes au développement de la société, leur accompagnement, “afin qu’ils trouvent leurs chemins”.
Il revient à la jeunesse de ne pas choisir la voie de la violence, et à prendre conscience que la préservation de la paix est d’abord une responsabilité personnelle avant d’être collective, selon Vincent Toh Bi.
Toutefois, des questions tels que le foncier, la redistribution des ressources, la cohabitation des populations restent des points “confligènes importants”.
La campagne “engagés pour la paix» sera marquée par un concert samedi à Yamoussoukro, un match de gala dimanche. Il s’achève mercredi.
(AIP)
tad/fmo