Cet article a été publié le: 7/10/22 9:04 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Une délégation de la FAO échange avec le gouvernement sur de nouveaux projets

Abidjan, 07 oct 2022 (AIP)-Une délégation de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a rencontré jeudi 06 octobre 2022 les ministres de l’Environnement et du Développement Durable, Jean-Luc Assi et de l’Agriculture et du Développement rural, Kobenan Kouassi Adjoumani pour ‘’de possibles nouveaux projets à mettre en œuvre’’.

«Cette visite est la première étape pour travailler ensemble sur l’identification de possibles nouveaux projets à mettre en œuvre ensemble», a révélé le chef de la délégation Dan Gustafson, représentant spécial du directeur général de la FAO à l’issue de la rencontre.

M. Gustafson a précisé que la délégation qu’il conduit est venue s’enquérir des réalités du terrain et voir l’évolution des activités en cours dans le pays. Il traduit toute l’appréciation de la FAO pour les résultats extraordinaires de la Côte d’Ivoire en termes d’agriculture sur les productions de café et du cacao, mais aussi la production agricole au-delà de ces cultures spéculatives.

L’organisation promet, à cet effet, d’appuyer les priorités du pays en termes de transformation et de productions alternatives pour affronter les défis qui vont se poser par le contexte actuel.

Heureux de cette promesse, le ministre d’Etat Kobenan Kouassi Adjoumani a plaidé auprès l’organisation à aider le pays à diversifier son agriculture en tenant compte des réalités du terrain et le contexte mondial.

« Avec la guerre en Ukraine, les produits qui nous arrivent ne sont plus courant et donc il y a des pénuries qui s’annoncent, il y a la crise alimentaire également qui s’annonce ; mais nous devons produire au niveau local et faire en sorte que nous puisons nourrir nos populations », a expliqué M. Adjoumani, suggérant qu’au lieu du blé, ‘’on peut produire du maïs, du manioc, même de l’igname pour faire de la farine pour le pain’’.

Pour lui, l’on peut également substituer l’engrais chimique à l’engrais bio, ce qui va d’ailleurs enrichir les sols.

Avant cette rencontre, la délégation de haut niveau de la FAO a échangé avec le ministre de l’Environnement et du Développement Durable sur les questions environnementales et la protection du couvert forestier de la Côte d’Ivoire.

Outre le représentant du directeur général de la FAO, Nadine Valat, cheffe d’équipe pour l’unité du Fonds vert pour le climat (GCF) de la FAO, Minoarivelo Randrianarison, experte en forêt et le représentant de la FAO en Côte d’Ivoire, Samy Gaiji ont pris part à cette rencontre.

(AIP)

bsp/fmo