Cet article a été publié le: 29/11/20 15:49 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Une prière œcuménique des femmes du grand Abidjan pour la paix et la stabilité du pays

Abidjan, 29 nov 2020 (AIP)- Le canal de bois de Treichville a abrité, samedi 28 novembre 2020, une prière œcuménique organisée par des femmes du grand Abidjan issues de toutes les confessions religieuses, de tous les partis politiques, pour la paix et la stabilité en Côte d’Ivoire.

L’objectif de cette action selon la présidente du comité d’organisation de cette séance de prière, Mme Faber Maïmouna Koné, est de soutenir et encourager tous ceux qui œuvrent pour le retour à la paix.

« Ensemble, ici, nous voulons simplement dire merci au Tout puissant, nous voulons l’invoquer ensemble et lui demander de couvrir de son manteau protecteur toutes les initiatives  allant dans le sens de la paix », a-t-elle indiqué.

Selon Mme Faber Koné, la condition à l’instauration de cette paix durable, est ‘’l’acceptation sincère de l’autre’’. « En ce jour béni que Dieu clément et Miséricordieux agrée nos prières et protège notre cher pays », a-t-elle souhaité.

Le parrain de cette prière œcuménique, le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche scientifique, Pr Adama Diawara, pour sa par, a félicité les organisatrices pour cette initiative qui a regroupé des femmes du grand Abidjan dans toutes leurs diversités pour prier en faveur de la paix en Côte d’Ivoire.

« Après ces prières, je pense que chacun jouera sa partition pour que le pays demeure en paix », a-t-il insisté.

Après son exhortation, l’évêque Jonathan Gba de l’église évangélique Tabernacle des vainqueurs, a prié afin que Dieu accorde sa faveur sur la Côte d’Ivoire et préserve la nation ivoirienne de toute guerre. Il a ensuite demandé aux femmes de conseiller leurs conjoints et à bien éduquer leurs enfants.

Quant à l’iman Diomandé Vako, il a appelé le peuple et les leaders politiques à œuvrer pour le triomphe de la justice et de la paix. « Dieu ne change jamais l’état d’un peuple tant que ce peuple n’a pas changé ce qui est en lui-même, tant qu’on n’a pas nous même changé notre cœur, le débarrasser de la haine, de la jalousie et de la méchanceté », a-t-il souligné, avant d’ajouter « si on change notre intérieur, la paix va revenir ».

(AIP)

tg/tm