Cet article a été publié le: 1/07/21 16:34 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Une trentaine de journalistes vaccinés contre le Covid 19 à Jacqueville

Jacqueville, 1er juil 2021 (AIP)- Une trentaine journalistes et professionnels des médias membres de l’Association des journalistes scientifiques de Côte d’Ivoire dénommée Médias pour la science et le développement (MSD), se sont fait vacciner, jeudi 1er juillet 2021 à Jacqueville contre le COVID 19.

Cette opération de vaccination, inopinée, s’est déroulée en marge d’un atelier de renforcement des capacités auquel ces journalistes prennent part depuis ce jour, pour leur permettre de mieux informer le public et susciter une participation massive des populations à la campagne de vaccination en cours dans la lutte contre cette maladie.

Vingt-quatre parmi eux recevaient à cette occasion leur première dose de vaccin, tandis que dix autres se faisaient injecter leur deuxième dose, par une équipe de la direction départementale de la Santé, de l’Hygiène publique et de la Couverture maladie universelle (CMU) de Jacqueville, dépêchée sur le lieu du séminaire à l’hôtel Grand Roi de la ville.

Ces journalistes ont exprimé leur volonté de se faire vacciner suite à une présentation du spécialiste en santé publique, Dr. Jonas Manhan, sur l’efficacité et l’innocuité des vaccins validés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Pour le président de l’Association “Médias pour la santé et le développement (MSD)”, Traoré Mamadou, cet acte des journalistes scientifiques est un signe qu’ils ont bien compris la nécessité du vaccin et démontre leur engagement à promouvoir la vaccination après cet atelier.

“Je voudrais remercier infiniment la direction départementale de la Santé de Jacqueville qui, dès que sollicitée par nos soins, n’a pas hésité à nous envoyer une équipe pour vacciner nos confrères”, a réagi M. Traoré, estimant que “le journalisme scientifique est plus que jamais nécessaire dans ce contexte de crise pour éclairer les masses sur la pandémie”.

Lors de son intervention, le spécialiste Dr. Jonas Manhan avait assuré que “l’OMS veille à ce que chacun, où qu’il se trouve, soit protégé par des vaccins sûrs et efficaces”.

“Pour ce faire, elle aide les pays à mettre en place des systèmes rigoureux afin de garantir l’innocuité des vaccins et à appliquer des normes internationales strictes pour leur réglementation. Avec des scientifiques du monde entier, les experts de l’OMS effectuent une surveillance continue pour s’assurer que les vaccins restent sûrs”, avait-il affirmé.

L’OMS collabore également avec ses partenaires pour aider les pays à enquêter et à communiquer en cas de problèmes potentiels. Mieux, tous les effets secondaires indésirables inattendus qui sont signalés à l’OMS sont évalués par un groupe indépendant d’experts réunis au sein du Comité consultatif mondial de la sécurité vaccinale, a-t-il rassuré.

Selon lui, les vaccins peuvent avoir des effets secondaires bénins comme un peu de fièvre, une douleur ou une rougeur au point d’injection. Mais ces réactions disparaissent d’elles-mêmes en quelques jours mais surtout “les effets secondaires sévères et durables sont extrêmement rares et le risque de réaction indésirable grave à un vaccin est d’un cas pour un million et une surveillance continue de l’innocuité des vaccins est menée pour détecter des événements indésirables rares”.

L’Association MSD organise, du jeudi 1er au vendredi 2 juillet 20021 à Jacqueville, un atelier de renforcement des capacités d’hommes de médias, journalistes, animateurs et producteurs, destiné à leur faciliter une parfaite connaissance du vaccin et de son innocuité pour susciter l’adhésion des populations à la campagne de vaccination contre le Covid 19 .

Pendant ces deux jours, les participants, au nombre de 55, seront formés à une bonne compréhension de l’importance de la vaccination en vue de dissiper les rumeurs sur le vaccin. Ils seront aussi sensibilisés sur les enjeux de la vaccination en matière de processus de fabrication, d’effets secondaires ou encore de la situation en Côte d’Ivoire.

Cette activité est organisée avec l’appui technique et financier du programme Breakthrough action de l’Université John Hopkins financé par l’USAID.

(AIP)

aaa/tm