Cet article a été publié le: 24/07/21 11:33 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Une unité de soins mère-kangourou installée à l’hôpital Général de Gagnoa

Gagnoa, 24 juil 2021 (AIP) – Une unité de soins mère-kangourou (SMK), la huitième en Côte d’Ivoire, a été officiellement installé vendredi 23 juillet 2021 au service pédiatrique de l’hôpital général de Gagnoa, par le chef du service pédiatrie du CHU de Bouaké, Pr Assè Kouadio Vincent, professeur titulaire de pédiatrie, et chef du projet SMK.

D’une capacité de trois lits, qui sera porté à six en cas de besoin, l’unité SMK possède 60 pagnes kangourou, 30 gobelets gradués, un poste téléviseur, un réfrigérateur et, a pour objectif d’impliquer activement les parents dans la prise en charge des nouveau-nés prématurés.

«Avec le système mère-kangourou, les mamans nous aident à mieux nous occuper de leur bébé», s’est réjoui le directeur de l’hôpital général de Gagnoa, Dr Kouakou Adolphe. Il a expliqué que l’implication de la maman dans la gestion et l’alimentation du nouveau-né prématuré, favorise la réduction de la charge du travail du personnel déjà insuffisant, les infections chez l’enfant, la mortalité néonatale, ainsi que la durée d’hospitalisation des nouveau-nés prématurés dans le service.

Selon Pr Kouadio, parler d’unité de soins mère-Kangourou, c’est parler d’une alternative  thérapeutique, un moyen de traitement peu coûteux, des nouveau-nés prématurés, qui de manière classique, sont gérés avec des incubateurs, qui eux nécessite une grande technicité, qui n’est pas toujours à la portée des hôpitaux des pays en développement.

En Côte d’Ivoire, les mortalités néonatales et infantiles qui étaient respectivement de 34% et 60% en 2016, sont passées en 2019, respectivement à 33% et 58,6%. A l’hôpital général de Gagnoa, malgré le plateau technique « satisfaisant », la mortalité hospitalière pédiatrique reste élevée, surtout celle des nouveau-nés hospitalisés.

Depuis le 22 avril 2021, Pr Assé Vincent, professeur titulaire de Pédiatrie, Chef de service de Pédiatrie du Chu de Bouaké, a débuté l’encadrement et le coaching des agents de l’Hôpital de Gagnoa, dit hôpital du Bonheur. Ce qui a permis de réduire de moitié, sur la période d’avril à juin les décès néonataux, passant d’environ 24% à 11,5%.

Malgré ces efforts, le nombre des décès néonataux est resté encore élevé, surtout lorsque les nouveau-nés sont sortis tôt et confiés à leur parent. La solution, aux dires Dr Kouakou, est la mise en place de cette unité de soins Mère-Kangourou, afin que la mère s’approprie les bons gestes vis-à-vis d’un bébé de très faible poids.

Depuis 2019, l’Etat ivoirien, appuyé des partenaires comme l’Unicef, et la France par le biais d’un Fonds spécial, a mis en place des unités de soins mère-kangourou.

La première unité a été inaugurée en février 2019 au CHU de Treichville, puis Cocody. L’hôpital général de Gagnoa est le huitième établissement sanitaire en Côte d’Ivoire et le premier hôpital général.

(AIP)

dd/kam