Cet article a été publié le: 18/11/20 18:09 GMT

Côte d’Ivoire/Ouverture d’un atelier bilan sur la gestion annuelle du parc national de Taï à San-Pedro

San-Pedro, 18 nov 2020 (AIP)- Un atelier bilan des activités inscrites au programme de gestion 2020 du parc national de Taï et d’élaboration du plan d’opérations 2021, s’est ouvert, mercredi 18 novembre 2020, à San-Pedro, à l’initiative de la direction de zone sud-ouest de l’Office Ivoirien des Parcs et Réserves (OIPR).

Durant deux jours, l’OIPR et ses partenaires notamment, les membres du corps préfectoral, la Fondation des Parcs et Réserves de Côte d’Ivoire (FPRCI), la coopération allemande (GIZ), le Centre Suisse de recherches scientifiques et les universités ivoiriennes Félix Houphouet Boigny, Jean Lourougon Guégé et Nangui Abrogoua, dresseront le bilan de l’exercice 2020 et élaboreront le plan d’opération de l’exercice 2021 sur la base du schéma du plan d’aménagement et de gestion 2020-2029 et des résultats de l’année écoulée.

Le bilan de l’exercice 2020 et les réflexions sur le plan d’opérations 2021 porteront sur six activités essentielles à savoir, surveillance et la protection, suivi écologique et la recherche, gestion participative et appui au développement local, communication et écotourisme, infrastructures et équipements, management et intégration régionale.

Les participants proposeront aussi le budget prévisionnel afférent au plan d’opérations 2021 et détermineront les activités sujettes à passation de marché.

Le nouveau plan d’aménagement et de gestion 2020-2029 adopté par le ministère de tutelle est décliné chaque année en matrice de planification opérationnelle appelée Plan d’Opérations (PO) qui consigne les activités à mener, assorties d’indicateurs mesurables et vérifiables. Le PO comporte, entre autres, le chronogramme d’exécution des activités et les responsables de leur mise en œuvre.

Situé au sud-ouest de la Côte d’Ivoire, le parc national de Taï est la plus grande forêt tropicale primaire sous protection de la zone ouest-africaine. Avec une superficie d’environ 5.360 km²,  ce parc constitue un immense réservoir génétique en raison de sa grande étendue et de sa richesse en biodiversité.

Classé en réserve de biosphère en 1978, puis inscrit au patrimoine mondial en 1982, il est géré par la direction de zone sud-ouest de l’Office Ivoirien des Parcs et Réserves (OIPR) avec l’appui de plusieurs partenaires.

(AIP)

nbf/tm