Cet article a été publié le: 29/07/21 8:54 GMT

Côte d’Ivoire/ Une journée de sensibilisation et de dépistage gratuit de l’Hépatite virale à San Pedro

San Pedro, 28 juil 2021 (AIP)- L’Association pour la promotion de la santé de la femme, de la mère, de l’enfant et de la famille (APROSAM) et l’ONG inter Médecins du Monde ont initié, mercredi 28 juillet 2021, à San Pedro, une journée de sensibilisation et de dépistage gratuit des Hépatites virales, à l’intention des usagers de drogues.

Initiée dans le cadre de la commémoration de la Journée internationale de lutte contre le l’Hépatite virale, cette activité a été marquée par une marche et un temps de communication ayant pour objectif d’instruire les usagers de drogues sur les signes de la maladie, afin de réduire le taux de contamination dans leur milieu.

Le directeur régional de la Santé, de l’Hygiène publique et de la Couverture maladie universelle, Dr Angaman Ekponon Dominique, a fait savoir aux participants que l’hépatite virale se caractérise par une inflammation du foie provoquée par des virus. Elle se transmet généralement par tout ce qui est fluide sanguin et biologique (sang contaminé, rapports sexuels non protégés, sueur, matière fécale, etc.).

L’hépatite virale A (HVA) ou virus de l’hépatite A (VHA) ne devient jamais chronique. Quant aux virus de l’hépatite B (100 fois plus dangereuse que le VIH-SIDA) et C, ils provoquent des hépatites qui peuvent évoluer et devenir chronique. Ils peuvent, après plusieurs années, provoquer des dommages importants du foie (risque de cirrhose et parfois de cancer).

Les études menées à San Pedro par la structure de prise en charge ont montré que sur un échantillon de 860 usagers de drogues injectables, 15 % sont porteurs de VIH-SIDA, 10% d’hépatite B, C et de la tuberculose.

Au terme de la sensibilisation, le public cible a bénéficié d’un dépistage gratuit de l’hépatite virale. Les cas testés négatifs ont été vaccinés contre l’hépatite B et les positifs orientés dans les structures de prise en charge.

Cette activité s’inscrit dans le cadre du Projet d’extension et de consolidation d’une offre de soins de santé adaptée, intégrée et accessibles en direction des personnes usagères de drogues précaires en Côte d’Ivoire” ou ‘’Projet y a pas drap’’, qui est un programme communautaire de réduction des risques liés à l’usage de drogues (Héroïne, cocaïne et Crack).
(AIP)
nbf/tm