Cet article a été publié le: 17/11/22 13:24 GMT

Fact-Checking/Mali: attention aux chiffres sur le bilan de l’opération barkhane

Une publication relayée le 31 octobre 2022 sur les réseaux sociaux, fait croire que la France a perdu 51 soldats dans l’opération Barkhane au Mali en neuf ans de guerre.Et qu’en dépit des grands moyens logistiques déployés, elle a échoué à endiguer le terrorisme dans le Nord Mali. Les chiffres avancés sont-ils exacts? Après vérification, cette information paraît douteuse.

Capture d’écran du post de Modibo Traoré

D’où provient le post ?

Cette publication provient de deux pages Facebook, la page Facebook de Modibo Traoré et celle de l’Observatoire démocratique de Côte d’Ivoire (Renaissance). Il dresse le bilan humain et logistique de la présence de l’armée française durant neuf ans dans le cadre de l’opération de lutte contre le terrorisme dans le nord Mali dénommée “Opération Barkhane”. “9 ans de présence, 5100 soldats engagés, sans compter les moyens logistiques. Bilan: 184 djihadistes abattus, 38 civils tués (bavures selon l’ONU), 51 barkhanes morts dont 18 au combat et 33 autres sont morts dans les accidents les plus idiots (…) 15 morts suite à une collusion entre deux hélicoptères d’entraînement” 

La publication a notamment enregistré 17 commentaires et 3 partages. Deux réactions ont retenu notre attention  : «Opération Barkhane au Mali, opération Sangaris en Centrafrique, opération Licorne en Côte d’Ivoire ; tout a été un gros échec », estime un internaute. “L’armée malienne était où tout ce temps? fait remarquer un autre.  

Pourquoi se méfier de ce post et prendre du recul par rapport aux chiffres?

Pour notre vérification, nous avons sollicité et obtenu de l’État major français, des informations qui contredisent les chiffres avancés par Modibo Traoré dans son post tant au niveau des pertes en vies humaines des soldats que des moyens logistiques déployés par la France au Mali :

  1. Les armées françaises ont payé un lourd tribut humain lors de leur engagement au Mali. Cet engagement sur le sol malien a coûté la vie à 58 soldats français et a fait de nombreux blessés. La liste nominative des soldats décédés peut être consultée à partir de ce lien :  https://www.bfmtv.com/politique/fin-de-l-operation-barkhane-qui-sont-les-58-soldats-francais-morts-au-sahel-depuis-2013_AV-202202170484.html; 
  2. Au Sahel, jusqu’à sa ré-articulation hors du Mali en août 2022, les moyens de la force Barkhane pour lutter contre le terrorisme étaient composés de : – 6 drones 7 avions de chasse22 hélicoptères – Entre 6 à 10 avions de transport – Environ 300 véhicules lourds – Environ 400 véhicules logistiques – Environ 250 véhicules blindés légers;
  3. S’agissant des morts du côté des forces djihadistes, le site Médiapart affirme avoir calculé en février 2022 : “qu’au moins 2800 jihadistes ont été tués au Sahel par les troupes françaises depuis 2013 dont 600 dans les premiers mois de l’Opération Serval et 2223 depuis le début de l’année 2014”. Ces données, précise le journal Médiapart, n’ont jamais été communiqués officiellement par la France. 
  4.  Quant aux forces armées françaises déployées sur le théâtre des opérations au Mali, le chiffre de 5100 avancés est exact. L’état-major “En 2014, l’opération barkhane comptait 3 000 soldats répartis entre le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad. A partir de 2016, les effectifs ont augmenté pour répondre à l’effort dans le Nord-Mali. En 2020, face à la dispersion des groupes armés terroristes vers la région des Trois frontières, la force Barkhane a été renforcée avec le déploiement de 5 100 militaires.des armées ainsi que d’autres sources indépendantes le confirment”; 
  5. Modibo Traoré fait croire que selon un rapport de l’ONU, ce sont 38 civils qui ont été tués par erreur par les forces barkhanes au Mali. En réalité, ces chiffres avancés sont erronés. “ Certaines de ces frappes ont abouti à des « bavures ». La plus connue est celle de Bounti : le 3 janvier 2021, un avion de chasse Mirage 2000 de l’armée française a bombardé un rassemblement d’hommes à proximité de ce village du centre du Mali, tuant 22 personnes. Selon elle, il s’agissait de djihadistes. Mais des enquêtes journalistiques et un rapport de l’ONU affirment qu’il s’agissait, pour 19 d’entre eux, de civils qui participaient à une cérémonie de mariage. (Confère le lien sur le site: https://basta.media/Mali-Barkhane-retrait-armee-francaise-operation-militaire-sahel-djihadistes-bilan-du-quinquennat-Macron)

 

 Conclusion Les chiffres avancés par Modibo Traoré sont contredits par l’État-major français que nous avons contacté sur place à Abidjan, ainsi que des articles de plusieurs médias français comme BFM TV et Mediapart. Le nombre des soldats tués lors de cette opération militaire est 58 et non 51. Quant aux civils maliens victimes de bavure des forces barkhanes, les chiffres certifiés et produits selon les rapports onusiens sont de 22 et non 38 comme le laisse croire Modibo Traoré dans son post. 

Hubert-Armand Assin

AIP