Cet article a été publié le: 14/11/20 9:42 GMT

La Coalition Nationale des Femmes en Côte d’Ivoire lance ses activités

Abidjan, 14 nov 2020 (AIP) – La Coalition Nationale des Femmes en Côte d’Ivoire (CNF-CI) a lancé officiellement ses activités d’orientation, vendredi 13 novembre 2020, à l’Hotel Tiama-Plateau, en présence de représentants d’institutions nationales et de partenaires au développement.

Les activités de la CNF-CI, qui couvriront la période d’octobre à décembre 2020, permettront de renforcer les systèmes et les structures qui autonomisent les femmes au niveau local et national en tant que parties prenantes essentielles dans les réformes de la gouvernance et des transitions politiques, pour faciliter l’inclusion du genre dans les processus décisionnels.

La CNF se veut être une plate-forme de plaidoyer et de réponse pour la participation inclusive des femmes dans les processus politiques à tous les niveaux, afin d’assurer une paix, une stabilité et un développement durable pour la réalisation des objectifs de développement durable des Nations Unies (ONU) et de l’Agenda 2063 de l’Union Africaine (UA).

«Pour ce qui concerne les droits de la femme et de la jeune fille, l’ONU, en collaboration avec l’UA et la CEDEAO, a cinq axes majeurs, à savoir, l’égalité des sexes, la facilitation des contributions importantes des femmes aux communautés dans lesquelles elles vivent, le renforcement de leur inclusion économique, la  fourniture d’une véritable protection contre la violence, le soutien pour le développement des compétences  scientifiques et l’accès  à la technologie”, a expliqué la représentante-résidente du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), Mme Carol Flore-Smereczniak.

La coalition bénéficiera  d’un projet de deux mois sur le thème« bâtir une approche inclusive de relance post-Covid-19, de sortie de crise et de réformes de la gouvernance au Sahel », initié par le réseau ouest africain pour l’édification de la paix (WANEP), en collaboration avec la CEDEAO et le PNUD. Cette activité, indique-t-on, permettra à la CNF d’avoir une visibilité et d’obtenir une acceptation par les parties prenantes en tant qu’acteur clé dans les processus de gouvernance et transition politique, de définir le cadre opérationnel de fonctionnement et le plan d’actions, de présenter les 30 femmes influentes qui constituent la CNF-CI et renforcer leur capacités en plaidoyer, en diplomatie préventive, en dialogue et communication.

(AIP)

tls/kam