Cet article a été publié le: 7/10/21 19:39 GMT

La Côte d’Ivoire en passe de devenir la plaque tournante canine en Afrique de l’Ouest (CACCI)

Abidjan, 07 oct 2021 (AIP)- Le président du Comité des amis canins de Côte d’Ivoire (CACCI), Titi Souleymane Touré, a assuré jeudi 07 octobre 2021 à l’occasion d’une cérémonie de remise d’attestation de stage aux éleveurs canins à Abidjan, que le pays est en passe de devenir la plaque tournante de la filière canine en Afrique de l’Ouest.

« Nous envisageons nous exporter au niveau de la sous-région parce que nous nous sommes rendu compte que la Côte d‘Ivoire commence à devenir cette plaque tournante du chien en Afrique de l’Ouest. Tous ceux qui veulent avoir un bon chien aujourd’hui se tournent vers la Côte d’Ivoire. Que ce soit le Burkina Faso, le Mali, la Guinée, le Ghana, tous s’orientent vers la Côte d‘Ivoire pour pouvoir avoir un bel animal », a déclaré M. Touré.

Il a expliqué que son comité est dans une dynamique de professionnalisation de la filière. « Nous voulons aujourd’hui instaurer cette traçabilité canine dans la sous-région pour savoir où partent nos chiens et qui sont ceux qui en sont les propriétaires pour ne pas que ces mêmes chiens là reviennent dans notre pays à travers leurs enfants, pour qu’on vienne faire des accouplements et éviter la consanguinité », a-t-il indiqué.

« C’est pour cela que nous avons demandé l’immatriculation des chiens et créer des certificats de naissance des chiens comme cela se fait dans d’autres pays. C’est l’animal de compagnie par excellence, on ne peut donc pas négliger sa grande place dans notre quotidien », a ajouté le président du CACCI.

Pour le ministre de la Communication, des Médias et de la Francophonie, parrain de cette cérémonie, Coulibaly Amadou, les éducateurs canins ont beaucoup évolué en Côte d’Ivoire. « Les démonstrations spectacles que nous avons vu montrent le niveau de perfectionnement des éducateurs canins. Mais pour ce qui est des chiens de travail, notamment du GSPM pour les recherches de personnes disparues ou bien même pour des sauvetages nautiques, cela montre à quel niveau le pays avance aujourd’hui au point d’avoir tout ce dispositif qui est mis à la disposition des populations », s’est-il félicité.

Le ministre a encouragé ses filleuls à mettre en pratique toute la formation qu’ils ont acquise. « Plus ils seront professionnels, plus on aura de beaux chiens, plus on aura des chiens efficaces et le chien pourra retrouver toute sa place dans notre société », a conclu M. Coulibaly.

Le sous-directeur de la santé animale à la direction des services vétérinaires, Docteur vétérinaire Désiré Yapi, a affirmé que le recensement effectué au cours des campagnes de vaccination permet d’estimer la population canine en Côte d’Ivoire, à plus de 1.500.000.

Il a expliqué que les quelques 16 jeunes formés par le CACCI dans leurs locaux ont reçu des notions de bases sur la prophylaxie sanitaire, l’alimentation du chien, les chaleurs, les saillies, la gestation, les mises bas, le sevrage et la génétique.

(AIP)

gak/cmas