Cet article a été publié le: 30/08/21 11:09 GMT

La Côte d’Ivoire et le Mali lancent le processus de matérialisation de leurs frontières communes

Abidjan, 30 août 2021 (AIP)- La commission mixte paritaire de matérialisation de la frontière Mali-Côte d’Ivoire a tenu sa première rencontre du mardi 24 août au jeudi 26 août 21021, à Bamako au Mali, en vue de lancer le processus de matérialisation/démarcation de la frontière commune et de promouvoir la coopération transfrontalière entre les deux pays.

Selon une note du secrétariat exécutif de la commission nationale des frontières de la Côte d’Ivoire transmise vendredi 27 août 2021 à l’AIP, la délégation malienne était conduite par le conseiller technique chargé des questions de frontière au ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation (MATD) du Mali, Abdallah Faskoye. La délégation ivoirienne était conduite par son secrétaire exécutif de la commission nationale des frontières, Diakalidia Konaté.

Cette rencontre visait, entre autres, à élaborer un chronogramme des activités de délimitation/démarcation de la frontière, procéder à la validation bilatérale du projet d’accord-cadre de coopération transfrontalière Mali-Côte d’Ivoire, de valider les espaces de coopération transfrontalière identifiés et d’élaborer la feuille de route pour la relance des activités de coopération transfrontalière, explique la note.

Les deux chefs de délégations se sont félicités de la tenue de la rencontre qui traduit « la volonté des deux chefs d’État de relever le défi de la stabilité dans les deux pays, notamment le long de leur ligne frontière longue de 532 km environ, afin de transformer les zones transfrontalières en espaces de bien-être, de cohabitation et d’entente parfaite ».

Ils ont rappelé qu’un accord-cadre de matérialisation de leur frontière commune a été signé en juillet 1999, à Bamako.

Cette rencontre permettra aux deux États de poser de nouveaux jalons qui leur permettront de faire des avancées notables dans le cadre de la délimitation/démarcation des frontières et du développement des espaces frontaliers à travers la coopération transfrontalière, souligne le document.

A l’issue des travaux, il est convenu d’une large sensibilisation des autorités, des acteurs/partenaires et des populations frontalières tout le long du processus de matérialisation de la ligne frontière, d’un respect du chronogramme proposé dans l’évaluation du budget des campagnes de délimitation/démarcation et de la mobilisation des ressources par la commission auprès des États et des partenaires techniques financiers pour la réalisation du projet dans les délais.

(AIP)

gak/fmo