Cet article a été publié le: 15/03/21 14:50 GMT

La Côte d’Ivoire parmi les 27 pays au monde à mieux gérer le Covid-19, un an après (Feature)

La Côte d’Ivoire parmi les 27 pays au monde à mieux gérer le Covid-19, un an après (Feature)

Abidjan, 11 mars 2021 (AIP)- Un an après la découverte du premier cas de Covid-19 en Côte d’Ivoire, le 11 mars 2020, le pays fait partie des 27 pays au monde qui ont mieux géré la pandémie, selon le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Dr Eugène Aka Aouélé, citant des experts internationaux.

Le représentant résident de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Dr Jean-Marie Vianny Yaméogo saluait lui aussi  les performances réalisées par la Côte d’Ivoire, lors de l’arrivée des premières doses de vaccins, vendredi 26 février à l’ occasion d’une conférence de presse.

« Félicitation au gouvernement de la Côte d’Ivoire pour la qualité de son plan de riposte contre la pandémie. Nous étions, il y a un peu plus de 12 mois à la première étape visant à contrôler, surveiller, tester, détecter, isoler et traiter…Et c’est maintenant le moment de parler de prévention avec le vaccin », s’est réjoui Dr Yaméogo quelques heures après la réception des 504 000 doses de vaccin Astra-Zeneca du mécanisme Covax.

Un mécanisme qui soutient la participation de 92 pays à revenus faibles et moyens, à la facilité permettant l’accès à des doses de vaccin sûrs et efficaces financé par des donateurs.

Après un an, le pays compte au 10 mars 2021, au total 36.028 cas confirmés, 32 966 guéris et 206 décès pour un  échantillon total de 448 597. Si le  taux de létalité en dessous de 1% reste également l’un des plus faibles en Afrique, l’on déplore par contre une reprise épidémique depuis décembre dernier avec plus de 5% de cas de positivité.

Une reprise consécutive aux nombreux rassemblements festifs (concerts, boîtes de nuit) de fin d’année et tous les autres événements artistiques, religieux et autres cérémonies de mariage et de funérailles, signale le ministère de la Santé et de l’Hygiène publique. Entraînant du coup,  une évolution exponentielle du nombre de cas à cause de la transmission qui devient de plus en plus familiale et communautaire se faisant dans nos lieux de vie : au travail, à la maison et surtout à l’école.

Des mesures restrictives encore en vigueur

Au regard de cette évolution exponentielle du nombre de cas positifs de Covid-19, le Conseil national de Sécurité, tenu le 20 janvier 2021, en présence du président de la République, Alassane Ouattara a pris des mesures urgentes, afin de maîtriser et juguler cette augmentation inquiétante.

Il s’agit de l’intensification du contrôle  de l’obligation du port de masque, notamment dans les transports en commun, les services publics et privés, et tous les espaces publics, de la stricte application des mesures de répression, en cas de non-respect des gestes barrières, de la révision du délai de validité du test Covid-19 pour l’entrée et la sortie en Côte d’Ivoire, qui passe de sept à cinq jours et de l’instauration de l’état d’urgence sanitaire sur toute l’étendue du territoire. En plus, le président de la République a donné des instructions à l’effet d’accélérer le processus d’acquisition des vaccins.

Une campagne de vaccination volontaire et gratuite lancée depuis le 1er mars

Les instructions données par le chef de l’Etat dans le cadre des mesures d’urgences face à la résurgence de la maladie connaissent un début d’exécution avec l’acquisition fin février de 504 000 doses de vaccin Astra-Zeneca et de 50000 autres doses mis à la disposition de la Côte d’Ivoire par la République de l’Inde.

Depuis le 1er mars 2021, une campagne de vaccination  visant à immuniser environ 70% de la population soit environs 20 millions de personnes se déroule en trois phases. Une première phase qui a démarré avec la vaccination prioritaire du personnel de santé, mais aussi des forces de l’ordre et du personnel enseignant.

La deuxième phase lancée depuis lundi 08 mars 2021 concerne les personnes à risque, c’est-à-dire âgées de plus de 50 ans, celles souffrant de maladies chroniques ou qui envisagent de voyager. Et ce dans l’attente de la troisième phase  qui va prendre en compte les personnes en situation d’emprisonnement et celles âgées de 16 à 49 ans. Environ 90 sites ont été aménagés sur tout le territoire afin de faciliter le déroulement de la campagne de vaccination.

De nombreux investissements déployés

Depuis l’avènement de cette crise sanitaire, le Gouvernement ivoirien a déployé d’importants investissements pour une riposte efficace, d’un coût de 95,88 milliards de francs CFA, afin d’en limiter les conséquences au plan sanitaire, économique, social et humanitaire.

En outre, le Gouvernement a mis en œuvre un plan de soutien économique, social et humanitaire.  Les différentes actions ont permis d’assurer une bonne prise en charge des cas de contamination à la Covid-19. En effet, des infrastructures ont été réalisées ou aménagées pour le confinement et la prise en charge des cas positifs confirmés dans trois structures (VITIB Hôtel à Grand-Bassam, INJS à Marcory et Hôtel IBIS à Marcory).

Ces trois sites peuvent accueillir globalement 103 patients. A cela s’ajoute le Service des Maladies Infectieuses et Tropicales (SMITT), des CHU de Yopougon, Cocody et Bouaké dont les capacités techniques et opérationnelles ont été renforcées pour l’hospitalisation ou la réanimation des malades atteints de la Covid-19.

En outre, 17 sites d’accueil et de dépistage gratuit ont été construits en 2020 dont six à Abidjan et 11 à l’intérieur du pays. En termes de capacité totale de prise en charge médicale, la Côte d’Ivoire compte six centres de prise en charge dans le district d’Abidjan avec 619 lits d’hospitalisation et 70 lits de réanimation. A l’intérieur du pays, les 11 centres de prise en charge basés dans les CHR cumulent 406 lits d’hospitalisation et 100 lits de réanimation qui seront mobilisés en cas de nécessité.

(AIP)

bsp/bsb/ask