Cet article a été publié le: 18/04/21 7:40 GMT

La Côte d’Ivoire remobilise son dispositif de lutte contre l’apatridie

Yamoussoukro, 18 avr 2021 (AIP) – Les membres des différentes commissions nationales d’éligibilité au statut d’apatride et de recours ont achevé vendredi 16 avril 2021 à Yamoussoukro un atelier de renforcement des connaissances sur l’apatridie et les procédures de détermination du statut d’apatride.

Au cours des travaux, les critères précis pour déclarer un individu apatride ont été définis car « il faut connaitre son statut en vue de  lui délivrer les documents pertinents qui lui permettent de prouver sa nationalité, son statut juridique et sa citoyenneté sur la base des lois ivoiriennes et des conventions internationales », a indiqué le premier responsable de la direction d’aide et assistance aux réfugiés et apatrides, l’ambassadeur Toubokoué François.

Le Chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara, a pris l’engagement en 2015 de faire de l’éradication de l’apatridie dans la zone CEDEAO (communauté économique des Etats d’Afrique de l’ouest) sa priorité.

Depuis lors des actions concrètes ont été entreprises dont la plus récente est la signature de deux arrêtés interministériels portant création, organisation et fonctionnement de la commission nationale d’éligibilité au statut d’apatride (CNESA) et la commission nationale de recours au statut d’apatride (CNRSA).

La signature de ces arrêtés ouvre la voie au démarrage effectif des  travaux de ces deux commissions dont les 16 membres ont été installés.

Il n’existe pas encore d’études concrètes sur l’ampleur du phénomène de l’apatridie en Côte d’Ivoire, « c’est pour cela que nous nous attelons à faire en sorte que nous poussions ce dossier à fond pour savoir la vraie situation ».

(AIP)

gso/ask