Cet article a été publié le: 28/07/21 8:39 GMT

La rencontre Alassane Gbagbo doit être “le ferment de la paix” en Côte d’Ivoire (dépêche réaction)

Abengourou, 28 juil 2021 (AIP)- La rencontre entre le président de la République, Alassane Ouattara, et l’ex-président, Laurent Gbagbo, au palais présidentiel à Abidjan “doit marquer la fin de la crise politique et servir de ferment pour un retour définitif de la paix en Côte d’Ivoire”, ont fait savoir  des habitants de la ville d’Abengourou, mardi 27 juillet 2021, lors d’un micro-trottoir.

Un agent de santé en service à Abengourou, Kouamé Christophe, estime « qu’après dix ans de guerre fratricide », la rencontre entre ces deux hommes politiques est la bienvenue pour donner une chance à la réconciliation qui tarde à se réaliser souligne

« C’est une bonne chose que le président Ouattara reçoive son jeune frère pour détendre l’atmosphère », soutien Siaka Koné. Coiffeur de métier le sexagénaire rencontré à son atelier a affirmé que les « retrouvailles détendues » entre les deux leaders politiques ont décrispé l’atmosphère politique et dissipé l’inquiétude des populations.

Serge Akoué fait remarquer que dix ans après la crise postélectorale de 2010, qui a opposé Alassane Ouattara et son ancien rival Laurent Gbagbo, c’est la première fois que les deux hommes se rencontrent. L’étudiant en géographie espère que la rencontre historique du 27 juillet 2021 est un « pas décisif » vers la paix.

Cette rencontre était souhaitée par les Ivoiriens depuis le retour de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire le 17 juin 2021, a fait savoir Ama Kadjo vendeuse de produits vivriers à Abengourou. Elle estime que cette rencontre est un signe d’apaisement. « Ça augure des lendemains meilleurs pour la paix et la cohésion sociale », soutient-elle.

« Nous sommes contents » s’est exprimé un enseignant d’arts plastique, Kalifa Jean-Luc au regard du caractère convivial et fraternel de la rencontre avant d’ajouter que « les pas » que posent Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo vont donner de « bonnes choses » et susciter de bonnes décisions avec la libération certaine des prisonniers politiques dans les prochains jours.

Il salue l’engagement de Laurent Gbagbo et d’Alassane Ouattara « qui ont fait un effort pour surpasser leur orgueil » et se donner la main dans l’intérêt de la paix en Côte d’Ivoire. « Mais ils ne doivent pas s’arrêter en si bon chemin » a-t-il souligné, invitant les deux hommes à associer au dialogue politique ivoirien tous les leaders de l’opposition en Côte d’Ivoire et en exil notamment  Guillaume Soro pour sceller la paix définitive avec l’ensemble  des filles et fils du pays.

La crise postélectorale de 2010 a fait 3 000 morts. Laurent Gbagbo a ensuite été arrêté et poursuivi devant la cour pénale internationale (CPI) à La Haye (pays Bas) pour crimes contre l’humanité. Dix ans après il a regagné la Côte d’Ivoire le 17 juin 2021, suite à son acquittement définitif par la CPI.

(AIP)

nam/ask