Cet article a été publié le: 14/12/20 13:43 GMT

L’ambassadeur d’Israël exhorte les Ivoiriens à travailler pour la paix

Abidjan,  14 dec 2020 ( AIP)- L’ambassadeur d’Israël en Côte d’Ivoire,  Leo Vinovezky,  a exhorté samedi 12 décembre 2020, le peuple ivoirien à travailler pour la paix.

Il s’exprimait à l’occasion de la 2ème édition de la dédicace de l’œuvre du journaliste écrivain Coulibaly Zoumana, intitulée “Conflits intercommunautaires, les morts qu’on peut éviter”. La cérémonie s’est tenue à la Maison de la presse,  à Abidjan Plateau, en présence des journalistes et de représentants de la Haute autorité de la bonne gouvernance, du secrétariat d’État chargé des droit de l’Homme ainsi que du Conseil supérieur des imams, des mosquées et des affaires islamiques (COSIM).

“La paix c’est l’essence de la vie, la paix est fondamentale pour la Côte d’Ivoire, pour Israël et pour tous les pays du monde. Sans la paix , il n’y a pas de développement et sans développement, il n’y a pas à manger et personne pour éduquer. La paix, c’est le dialogue entre différentes personnes. Je suis heureux d’être ici et de voir ensemble Musulmans, Chrétiens et Juifs pour la même cause. La paix n’est pas seulement importante pour l’élection.  Il faut toujours travailler pour la paix”, a-t-il indiqué.

Pour l’ambassadeur israélien, il est important de faire connaître le livre de Coulibaly Zoumana à la presse mais aussi aux établissements scolaires pour préparer la jeunesse à la paix et à travailler pour la paix.

“La guerre, c’est le passé. La paix c’est le présent, c’est pourquoi je suis heureux de partager avec vous le livre de Coulibaly Zoumana. (…)  La paix n’est pas seulement le défi de la Côte d’Ivoire, c’est le défi de tous les pays  du monde. En tant qu’ambassadeur, notre principale mission est de travailler pour la paix en Côte d’Ivoire”, a souligné Leo Vinovezky.

A travers cet ouvrage, l’auteur attire l’attention des populations africaines et surtout ivoiriennes sur les conséquences néfastes des conflits intercommunautaires, relevant de la bêtise humaine. Il indexe comment ces passions qui sont très souvent liées aux problèmes fonciers ou politiques sont souvent difficilement maîtrisables, au point de se retrouver finalement avec des morts sur la conscience et surtout des nombreux cas de personnes déplacées.

L’auteur espère croire qu’à travers son œuvre,  les populations pourront se tourner vers un avenir radieux. Cet ouvrage de trois chapitres a été édité par Vitrines Afrique.

Journaliste et spécialiste en communication, Zoumana Coulibaly est né à M’Bengué (Nord ivoirien) en 1974. Il est l’auteur de plusieurs livres dont “Entre de feux” et les “Grandes questions d’Afrique”, Tome 1 et  Tome 2.

(AIP)

sdaf/cmas