Cet article a été publié le: 23/10/20 13:29 GMT

Les chercheurs Ivoiriens appelés à valoriser leurs résultats

Yamoussoukro, 23 oct 2020 (AIP) – La chef du service de la valorisation des résultats de recherche à l’Université Jean Lorogbnon Guédé de Daloa, Mme Annick-Victoire Coulibaly, a appelé les chercheurs qui disposent « de résultats de recherches intéressants et qui peuvent changer la vie des populations à aller plus loin » afin de mettre le fruit de leurs travaux au service du plus grand nombre.

Mme Coulibaly, par ailleurs enseignant-chercheur, s’exprimait à la clôture de la  formation des services de valorisation à la valorisation économique des résultats de recherche. Cette rencontre s’est tenue à l’Institut national polytechnique Félix Houphouët-Boigny (INP-HB) de Yamoussoukro, à l’initiative du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, en collaboration avec l’Institut de recherche pour le développement (IRD).

Cette formation des correspondants valorisation traduit la volonté du gouvernement ivoirien d’outiller les chercheurs pour passer les résultats de recherche du stade de publication à l’étape industrielle et faire en sorte que ces résultats qui sont obtenus au niveau des laboratoires puissent connaître une suite commerciale.

En gros, il s’agit de faire gagner de l’argent avec les fruits de la recherche et cela nécessite le respect de plusieurs étapes à savoir entre autres la maturation du projet avec l’identification du marché potentiel et le modèle économique, a notamment insisté l’enseignante.

L’atelier de Yamoussoukro qui s’inscrit dans le cadre du projet d’Appui à la Modernisation et à la Réforme des Universités et Grandes Ecoles de Côte d’Ivoire (AMRUGE-CI)  s’est achevé par un exercice pratique qui a vu les participants proposer des projets et développer pour chacun de ces projets une stratégie de valorisation adaptée.

Financé par le Contrat de Désendettement Développement (C2D), l’AMRUGE-CI vise à contribuer à la rénovation du système ivoirien d’enseignement supérieur et de la recherche scientifique via un partenariat franco-ivoirien. A l’aide notamment d’une offre de formation en adéquation avec le marché de l’emploi, ce projet tend à rendre plus efficient le système ivoirien d’enseignement supérieur, clé de voute du processus de développement économique et social de la Côte d’Ivoire.

(AIP)

gso/cmas