Cet article a été publié le: 10/03/21 18:38 GMT

L’ONG EngenderHealth et le Collectif des activistes ivoiriens contre les VBG organisent un mois d’activisme

Abidjan, 10 mars 2021 (AIP)- Dans le cadre des festivités de la journée internationale des droits de la femme, l’ONG américaine EngenderHealth et le collectif des activistes ivoiriens contre les violences basées sur le genre (VBG) organisent une série d’activités tout au long du mois de mars 2021, a annoncé la conseillère Genre de l’ONG, Mme Troh Ouattara Malamita, lors d’un point de presse tenu mercredi 10 mars 2021 à son siège à Cocody-les -deux-plateaux.
« En plus de l’agenda très chargé par des activités composées de causeries débats dans des lycées, il y a le village associatif avec expositions-stands des membres de la plateforme ivoirienne contre les VBG qui se tient depuis le jeudi 4 mars 2021 au parking de l’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody », a expliqué Mme Troh Ouattara, qui profite de l’occasion pour inviter les populations à prendre part à ces activités.
Le point d’orgue sera de présenter le document d’appel à l’action et d’interpeller les autorités gouvernementales sur la situation des femmes en Côte d’Ivoire, le 16 mars 2021. Aussi, il y aura le marathon de plaidoyer qui se tiendra le 31 mars 2021 à partir du Lycée Sainte Marie de Cocody, a-t-elle ajouté.
La Journée internationale des droits de la femme journée sera officiellement célébrée cette année autour du thème “Leadership féminin : pour un futur égalitaire dans le monde de la COVID-19”. En Côte d’Ivoire, les femmes réfléchiront plutôt sur le thème “Promotion économique et sociale de la femme face à la COVID-19”.
 
L’ONG internationale EngenderHealth a pour mission de promouvoir et de défendre la question du genre et des droits à la santé sexuelle et reproductive, et la prise en charge des personnes en situation de handicap. Elle entend, par ces actions, réitérer son engagement auprès du gouvernement ivoirien et des partenaires locaux dans la lutte contre les inégalités liées au genre et à l’amélioration des conditions de la femme. Elle veut également contribuer à l’amélioration des connaissances des populations sur les questions de genre et des droits en santé sexuelle et reproductive et faire le point sur la situation des femmes en Côte d’Ivoire. Le siège Afrique francophone est basé à Abidjan et couvre huit pays de la sous-région.
(AIP)
tls/cmas