Cet article a été publié le: 16/03/22 13:20 GMT

NON, pas de demande de départ de Rfi et France 24 du Mali au plus tard le 31 mars

Un article du journaliste Théodore Sinzé publiée le 14 mars 2022 par Opera News, annonce un ultimatum  pour le départ de deux médias français, Rfi et France24, du Mali au plus tard, le 31 mars 2022. Cette information qui a circulé sur les réseaux sociaux est  TROMPEUSE.

D’où vient cette information ?

Pour affirmer que RFI et France 24 sont sommés de quitter le Mali,  Théodore Sinzé s’appuie sur un  communiqué du collectif pour la défense des Militaires maliens (CDM), un mouvement d’activistes en soutien à la junte dirigée par le colonel Assimi Goïta.

Le communiqué a été également relayé, selon Théodore Sinzé, par le médias en ligne Ovajab, un site d’informations généralistes ivoirien.

Ce texte qui a suscité des centaines de réactions sur les réseaux sociaux et a été copié collé par d’autres sites comme Babi 7/7 en Côte d’Ivoire, Actusalade au Mali et Thesaurus Mieux, une chaine Youtube activiste, soutien du pouvoir malien.

Pourquoi ça buzze ?

Selon le communiqué du collectif pour la défense des Maliens, Il est reproché à Rfi d’avoir donné, dans une édition du lundi 4 mars, une information qui serait erronée sur des exactions supposées des Forces Armées du Mali (FAMa) sur des populations civiles peuhles de la zone de Sofara. Ledit collectif accuse notamment Serge Daniel et Anne Fleur Lesplaut, tous deux correspondants des médias visés d’être « au service de la métropole (la France) » et d’être « entrés dans une véritable campagne de désinformation, de dénigrement, d’intoxication, en tenant des propos subversifs portant atteinte à la souveraineté et à l’intégrité » du Mali.

Dans un autre article publié le 13 mars 2022 par le journal français Le Monde, il est également fait état d’un camp de torture dans le cercle de Niono, qui serait mis en place par les Forces armées du Mali appuyées par les Forces paramilitaires russes « Wagner » « pour torturer les civiles ».

Nous avons procédé à la vérification de cette information

Le communiqué en question a été produit par ledit collectif.

  • Le CDM, le mouvement auteur du communiqué n’est pas un organisme officiel de l’Etat malien.
  • A aucun moment le communiqué ne fait référence aux autorités de la transition malienne.
  • Les sites de la présidence et du ministère de l’Administration du territoire tout comme le site du ministère de la communication du Mali ne font pas cas de ce communiqué.
  • Les sites de France 24 et Rfi ne font nulle part mention d’une telle information d’expulsion annoncée de leurs correspondants.
  • Joint, l’auteur de l’article publié sur Opera news affirme avoir relayé une publication de la plateforme ivoirienne d’information ovajabmedia sur laquelle on ne retrouve aucune trace de cette information. Anselme Konan, un responsable d’OVAJAB contacté par notre service de vérification s’est étonné d’apprendre que son média est cité comme source de ce communiqué devenu viral sur la toile.
  • Le verdict  

En somme, l’information selon laquelle Rfi et France 24 sont sommés de quitter le Mali au plus tard, le 31 mars 2022 est fausse et trompeuse. Le titre est trompeur car il fait l’amalgame entre un groupe d’activistes et les autorités de la Transition malienne.